De l'aube à l'aurore Index du Forum
De l'aube à l'aurore Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Ufologie, OVNI, extraterrestres

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    De l'aube à l'aurore Index du Forum -> AMBIANCE SURNATURELLE -> AMBIANCE SURNATURELLE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
D'ailes Fines
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Nov - 09:30 (2009)    Sujet du message: Ufologie, OVNI, extraterrestres Répondre en citant


   

   


Edgar Mitchell

   



On lit, dans l’encyclopédie électronique Wikipédia, qu’Edgar Mitchell a été élevé et fait ses études à Roswell et Artésia (Nouveau-Mexique). Il a grandi dans un milieu baptiste fondamentaliste. En 1952, il est entré dans la Navy. Il a obtenu son Doctorat au Massachusetts Institute of Technology (MIT), avec comme objectif d'entrer à la NASA. Il a passé sa licence de pilote, ce qui l’a rendu éligible au programme spatial. En 1966, à 35 ans, il a été retenu dans la cinquième sélection d'aspirants astronautes, et en 1971 il a été désigné comme pilote du module lunaire pour la mission Apollo 14.

Le 31 janvier 1971, il a réalisé un unique vol à bord d'Apollo 14. Pilote du LEM, il est devenu le sixième homme à marcher sur la Lune. Au cours d'une sortie extravéhiculaire, il a lancé un javelot sur notre satellite naturel. Mitchell s'est intéressé à la télépathie et aux travaux du parapsychologue américain Joseph Banks Rhine. Lors du vol spatial de 1971, il a réalisé des expériences de télépathie.







Dans la lignée de ces centres d'intérêt, Mitchell a créé, en 1972, l'Institute of Noetic Sciences. Edgar Mitchell avait commencé, dans les années 1990, à faire des déclarations à propos des OVNIs et de la présence extraterrestre sur notre planète. Il a fait à ce sujet, en 2007-2008, de nouvelles révélations dont je fais ici la synthèse. (Source : www.ovnis-usa.com) Le programme UFORadio du croate Giuliano Marinkovic a proposé une interview avec le docteur Edgar Michell, réalisée le 25 juin 2007.


 Le 4 juillet 2008, l’ancien astronaute de la mission Apollo 14 a évoqué sur CNN son briefing au Pentagone, en avril 1997, avec le Vice Amiral Thomas R. Wilson, membre de l’Etat Major interarmes. Wilson lui aurait révélé les noms des Programmes « ultra-classifiés » qui concernent les opérations de « rétroconception » à partir de technologies aliènes. Il a été brutalement interrompu par le sceptique Bill Nye, et Larry King lui avait alors proposé de l’inviter en tête à tête pour revenir sur ce point. (Mitchell fut invité à cette émission, mais pour évoquer un autre sujet.)
   




   

Des révélations fracassantes
   



   
En juillet 2008, Edgar Mitchell est intervenu en direct sur la station britannique Kerrang Radio, émission au cours de laquelle il a été interrogé par Nick Margerrison. Le projet initial de l’animateur était de lui faire revivre sa mission lunaire. Mais à un moment donné Mitchell s’est mis à déclarer que les OVNIs sont réels, qu’ils font l’objet d’opérations de couverture et que nous sommes bien en contact avec des êtres d’autres planètes ! Après avoir déclaré qu’il y a de la vie dans l’Univers, il a affirmé que nous sommes visités et que le gouvernement américain couvre le sujet OVNI depuis 60 ans. Il a, dit-il, ses entrées dans certains cercles militaires et du renseignement, où on parle ouvertement du contact établi. Il a aussi confirmé le crash de Roswell. Il constate que le public est relativement disposé à accepter la réalité.





   


Tous les OVNIs, dit-il, ne sont pas d’origine aliène, certains étant construits ici même. Il a précisé que les « Aliens » avec lesquels nous sommes en contact sont des êtres de petite taille. Ceux-ci n’ont pas d’intentions hostiles. Quelques uns des autres astronautes qui ont participé à des programmes lunaires sont également informés. Il a également déclaré qu’il n’était aucunement préoccupé de sa sécurité personnelle. La nouvelle s’est propagée sur Fox News, elle a circulé en Australie avant de revenir en Angleterre en première page du Telegraph. Le « Daily Mail » a repris l’info. L’ancien astronaute avait plus succinctement tenu les mêmes propos dans le documentaire « Out of the Blue », réalisé par James Fox en 2002, dont l’audience était restée limitée aux seuls amateurs : « Oui, nous avons été visités par des Alien.





 

Il y a eu des crashes d’Ovnis et des récupérations de corps et de matériels. Il existe un groupe de gens qui ont été un temps partenaires du gouvernement et qui ont cette connaissance. » Wolf Blitzer (« The Situation Room ») a fait entendre sur CNN, à une heure de grande écoute, un extrait significatif de l’interview d’Edgar Mitchell sur la station locale britannique Kerrang Radio. Pour obtenir un commentaire officiel, l’animateur de Kerrang Radio a interpellé en direct un préposé au standard de la NASA. Sollicité par l’animateur de Kerrang Radio, et après réception d’un email de confirmation, il avait accepté peu après de répondre sur son antenne : « La NASA ne s’occupe pas de pister les Ovnis. Elle n’est impliquée dans aucune sorte d’opération de couverture concernant la vie aliène sur cette planète ou ailleurs dans l’univers. Le Dr Mitchell est un héros américain, mais nous ne partageons pas les opinions qu’il exprime sur ce sujet. »

   


Voici la vidéo des révélations :
   




   



Edgar Mitchell persiste et signe




   


   



L’astronaute d’Apollo 14 a été invité à s’exprimer sur le réseau Fox News. Il lui a semblé important de souligner que la NASA n’avait pas participé aux opérations de couverture. Ensuite, c’est le Discovery Channel qui a publié une longue interview d’Edgar Mitchell. Ce dernier a précisé ceci : « La plupart des responsables du gouvernement ignorent ce qu’il en est parce que tout est extrêmement compartimenté. Vous pouvez travailler pendant 30 ans à proximité de quelqu’un sans savoir de quoi il s’occupe vraiment. (…) Les présidents successifs ont été tenus à l’écart parce qu’ils n’avaient pas l’habilitation requise… » De son côté, le chercheur Bill Knell a publié un nouvel article sur le site Web OPNews. L‘astronaute d’Apollo 14 a été assez surpris de l’emballement médiatique après ses déclarations sur Kerrang Radio, parce qu’il avait plusieurs fois publiquement tenu les mêmes propos depuis dix ans. Parmi les medias ayant aussi couvert cet événement il y a « The Guardian », « The Enquirer », « UFO Digest ». Le sujet a fait la une d’AOL News, où 93% sur 85.000 visiteurs pensent que la vie existe ailleurs dans l’Univers, et 81% (sur 84.000) pensent que des « Aliens » ont déjà visité la Terre.





 
Le réseau MSNBC s’est contenté d’un flash de cinquante secondes, avec une synthèse de l’astronaute enregistrée à son domicile. Cette fois, l’accent a été mis sur la récupération de quatre corps dans l’épave d’OVNI retrouvée à Roswell : « La raison de cette couverture par le gouvernement tient au fait que nous n’étions pas en mesure de dire aux populations si ces êtres étaient ou non hostiles, et si nous pourrions nous en protéger. On ne tenait pas non plus à ce que les soviétiques soient au courant. C’est pourquoi ils ont pris la décision de mentir et de maintenir le secret. » (E. Mitchell) La chaîne Fox25, qui émet dans l’Oklahoma, a commenté les révélations d’Edgar Mitchell, le 25 juillet 2008, en faisant appel à Hayden Hewes, fondateur de l’« International Ufo Bureau » (IUFOB), parce que son organisation ufologique est implantée localement. C’est lui qui avait obtenu d’enregistrer la déposition de l’ex-Président Jimmy Carter, quatre ans après qu’il ait été témoin d’une manifestation d’OVNI en 1969.






 L‘informateur du Pentagone auquel Edgar Mitchell a laissé la responsabilité de se nommer est le Vice Amiral Thomas R. Wilson. L’astronaute avait évoqué sur CNN, le 4 juillet 2008, son briefing au Pentagone avec "un responsable du renseignement auprès de l’Etat Major interarmes", ce briefing ayant eu lieu, comme indiqué plus haut, en avril 1997 : « Il m’avait d’abord répondu qu’il n’était pas au courant, mais qu’il allait faire des recherches. Il m’a rappelé quelques semaines plus tard et m’a dit qu’il avait retrouvé la source du financement de ce programme secret. Il a ajouté qu’il allait poursuivre son enquête, parce que si tout cela était vrai ça devait faire partie de ses attributions d’en être informé. Ce furent ses propres mots. »



  

Mitchell n'est pas seul

  



  




Pour l’enquêteur Richard Dolan, c’est le Vice Amiral Thomas Wilson qui aurait révélé à Edgar Mitchell les noms des Programmes « ultra-classifiés » concernant les opérations de « rétroconception » à partir de technologies « aliènes ». Wilson a par la suite assuré la direction de la DIA (Defense Intelligence Agency) de 1999 à 2002. Le Commandant Willard H. Miller, réserviste de la Navy depuis 1994, était également présent lors de cette réunion au Pentagone, de même que le docteur Steven Greer. Dans un article publié en 2000, la journaliste Leslie Kean a consacré une large part aux activités de Willard Miller : « Quelques mois après la publication du Rapport Cometa, il a accepté de témoigner qu’il avait participé à plusieurs réunions secrètes destinées à briefer les responsables du Pentagone sur le sujet des Ovnis, et ses implications de sécurité nationale et d’orientation militaire. Miller avait occupé cette fonction pendant des années.



  

 


Il a pris beaucoup de risques en déclarant : “Il est temps de conforter l’idée que les hauts responsables du gouvernement sont très concernés par ce sujet.’’ » Leslie Kean poursuit : « Ayant servi plus de 30 ans dans la Navy, membre du Bureau des Opérations du Commandement Atlantique, le Commandant Miller avait une habilitation Top Secret qui lui a donné accès à des informations sensibles parmi les plus compartimentées. Il n’a pas été facile pour Miller de surmonter le tabou en parlant des Ovnis dans le milieu militaire. En février 2000, il m’a remis un mémo confidentiel qui avait pour titre : “Quelques-unes des discussions avec des hommes-clés des services de renseignement du DoD (Department of Defense) au sujet des Ovnis et de l’Intelligence Extraterrestre (ETI)”.

Miller y livre les détails des réunions qui se sont tenues entre 1989 et 2000, et nomme plusieurs hauts responsables qui ont participé à ces réunions. » Edgar Mitchell s’est refusé à impliquer ses sources, mais Richard Dolan et Leslie Kean les ont identifiées. Le journaliste Giuliano Marinkovic, qui possède des enregistrements de toutes les interviews d’Edgar Mitchell, se souvient de cette émission radio sur C2C le 12 septembre 2007, où l’ex-astronaute avait évoqué un autre de ses informateurs : Werner Von Braun, qui avait été appelé en consultation à propos du crash de Roswell. Le père des V2 est décédé le 16 juin 1977. L’astronaute a été brièvement interviewé sur Coast to Coast.












Il y a présenté un récapitulatif des récents développements et clarifié la mise en cause de la NASA "qui n’a jamais été impliquée dans les opérations de couverture gouvernementales." Il s’est montré à nouveau surpris qu’une intervention sur une radio locale britannique ait déclenché une telle vague médiatique, d’ampleur mondiale, alors qu’il répète la même chose depuis dix ans. Il pense que la multiplication des émissions de Larry King sur CNN, cette année, a pu contribuer à installer un nouveau climat. Déjà en 1998, l’astronaute encourageait la « Divulgation » sur la BBC. Dans un texte publié sur ABC News, "Les Astronautes reviennent-ils changés après leur séjour dans l’Espace ?", la journaliste Emily Friedman a écrit que Mitchell « ne serait pas le seul à avoir vécu des états hors normes », Buzz Aldrin ayant souffert de dépression et ayant eu des problèmes avec l’alcool… Didier de Plaige note qu’il est de suite évident que les états de conscience amplifiée lui sont totalement inconnus, et que le lecteur craintif ou un peu borné y trouvera de quoi se rassurer.




Il ajoute que d’autres avaient déjà, à demi mots, envisagé qu’à 78 ans l’homme avait peut-être basculé dans l’irrationnel, en oubliant qu’il n’a rien modifié de ses propos depuis dix ans. La journaliste et son support ont récolté une centaine de commentaires indignés « qui sont particulièrement bien argumentés ». Dans l’émission OverNight AM, retransmise par VoiceAmerica, Lan Lamphere a reçu Edgar Mitchell et Stanton Friedman. Le Kevin Smith Show a reçu le docteur Edgar Mitchell dans la nuit du 6 au 7 août 2008
  
  



L’affaire Wilson

  



  





Billy Cox a publié un article dans le « Herald Tribune », après avoir retrouvé et interrogé le Vice Amiral Thomas R. Wilson. Ce dernier est actuellement en charge d’une entreprise du Minnesota sous contrat avec le Ministère de la Défense. Thomas Wilson reconnaît qu’il avait reçu dans son bureau, en 1997, l’astronaute Edgar Mitchell et le docteur Steven Greer. Mais il prétend qu’il n’avait pas creusé le sujet après leur demande d’investigations sur les programmes secrets des Etats-Unis en rapport avec le sujet OVNI. Mitchell et Greer affirment qu’il s’était engagé devant eux à faire des recherches au plus haut niveau. Le Vice Amiral déclare aujourd’hui ceci : « Il est inexact qu’on m’ait refusé de me communiquer des documents, parce que je ne les avais pas réclamés. Je leur avais laissé entendre que je chercherais, mais j’avais laissé tomber après leur départ pour éviter à mon équipe de perdre du temps avec ça. » Mitchell se dit “choqué” de ce revirement, et Steven Greer maintient sa version. Selon ce dernier, Wilson leur avait dit : « Je serais horrifié si ce que vous me dites est vrai.



 J’ai participé à des quantités de programmes secrets, mais quand j’ai voulu m’informer à ce sujet on m’a répondu : “Monsieur, vous n’avez pas l’habilitation requise. Pas plus que le Directeur de la CIA ni le Président des Etats-Unis.’’ » Le docteur Greer avait publié ce récit dans son livre : « Hidden Truth, Forbidden Knowledge », sans recevoir de démenti. Edgar Mitchell a bien reçu le message : le Vice Amiral - qu’il n’avait pas souhaité impliquer directement - a choisi de ne pas le soutenir. Giuliano Marinkovic a obtenu que l’enquêteur Richard Dolan raconte à nouveau sa conversation téléphonique avec le Vice Amiral Wilson en 2006. R. Dolan apporte un éclairage sur l’attitude de ce dernier : « J’ai parlé avec Billy Cox un peu avant qu’il publie son article, mais surtout j’avais eu une conversation avec l’Amiral Thomas Wilson à la fin de l’année 2006, peu après la sortie du livre du Dr. Steven Greer “Hidden Truth…”, dans lequel il citait nommément Wilson. J’étais au courant de cette rencontre avant que Greer publie sa version. Je tenais cette information d’un tiers. Cette autre source, sans me donner le nom de Wilson, m’avait précisé quelques détails très explicites sur la nature de cet entretien (un officiel de haut niveau du DoD qui rencontre Greer, puis se voit refuser l’accès aux programmes secrets relatifs à la technologie E. T.).









Ainsi que je l’avais compris à l’époque, Greer et Edgar Mitchell ont rencontré Wilson en avril 1997, et Wilson s’était accordé un délai de deux mois pour creuser davantage le sujet. A ce stade, il avait finalement identifié de quel programme il s’agissait, mais s’en était vu refuser l’accès. Ma source m’a informé que les gens devant lesquels Wilson avait dû plier n’étaient même pas des personnes du DoD, mais des contractants privés…. en particulier des procureurs. Ils lui ont répondu qu’il n’avait pas l’habilitation requise (le “need to know”), et de plus ils lui ont fait comprendre que la seule raison pour laquelle ils avaient accepté de lui répondre était pour déterminer comment il avait eu connaissance de ce programme. Lorsque le livre de Greer est sorti, avec le récit de cette réunion et où le nom de Wilson apparaissait en clair, je suis retourné consulter ma source : “Vous confirmez que c’est Wilson ?” On m’a répondu : “Oui, c’était bien Wilson.” A ce stade, j'ai voulu m'adresser directement à l'Amiral Wilson. Mais avant cela, j'avais écrit à Edgar Mitchell. Il m'a confirmé que la réunion avait bien eu lieu, et il n'a pas semblé vouloir aller plus loin que de répéter ce que Wilson lui avait dit : "Je vais m'informer." Alors, après que des gens hauts placés m'aient assuré que la rencontre avait bien eu lieu, j'ai retrouvé Wilson et je l'ai eu au téléphone. C'était en octobre 2006. Notre conversation a commencé sur un ton cordial. Au moins jusqu'au moment où je lui ai dis que j'enquêtais sur le phénomène Ovni et que je m'intéressais à une réunion à laquelle il avait participé en 1997.








Il a joué l'ignorance ("ma mémoire est vague"), puis j'ai fait référence aux confirmations de Mitchell et mon autre source. Il a alors répondu : "Je me souviens vaguement..." C'est alors que je lui ai dit que son nom était cité dans le livre de Greer. Je vous assure que LA j'avais piqué sa curiosité. Il m'a demandé de lui lire le passage en question, ce que j'ai donc fait. C'est alors que la voix de l'Amiral Wilson a changé de tonalité. Au début de l'entretien, il s'exprimait de manière plutôt aimable et détendue, et soudain son intonation est montée d'un cran. Il semblait vraiment contrarié, peut-être y avait-il une pointe de colère. Il m'a dit qu'en effet il avait rencontré Greer et Mitchell. Mais que sa motivation avait été la "curiosité" de savoir pourquoi une personnalité comme le Dr. Mitchell pouvait s'intéresser à ce sujet. "Tout le reste" de ce que Greer avait pu écrire sur cette rencontre (j'ignore ce qu'il entendait par là) n'était que fantaisies. Wilson m'a ensuite dit qu'il était attendu, et il a mis fin à la conversation. J'ai gardé de cet entretien la nette impression que le récit de Greer était correctement tourné.




C'est-à-dire que Greer et Mitchell avaient effectivement persuadé Wilson de faire des recherches, et que Wilson avait poursuivi. Et enfin, qu'on lui avait refusé l'accès à ces programmes. J'avais constaté que Wilson avait été pris de court. Sa manière de démentir sonnait totalement creux. Pour terminer, je ferai le commentaire suivant : après cette conversation avec l'Amiral, je suis retourné trouver ma source. Elle m'a demandé : "A quoi d'autre pouviez-vous vous attendre ? Il risquait de perdre toutes ses accréditations de sécurité s'il vous avait répondu franchement." J'avais représenté une menace pour lui de voir s'effondrer tout son château de cartes. Au fond, est-ce que je devais m'attendre à ce que Wilson me confirme tout ça... ? Mon Dieu ! Ce simple aveu aurait tout déclenché. Je ne m'attendais pas à lui faire admettre que c'était vrai. Mais je devais essayer. J'ai raconté cela à l'occasion de plusieurs conférences. Mais c'est le bon moment de le rappeler. »


  


Edgar Mitchell dérange

  
  




Edgar Mitchell s’est confié au chercheur Bozidar Kemic, associé à la Télévision Nationale Croate. L’astronaute lui a confié, après le démenti du Vice Amiral Wilson : « On dirait qu’il a maintenant rejoint les gens d’en face. » Divers observateurs ont constaté que le Vice Amiral Wilson n’a laissé aucune trace d’une demande de rectificatif auprès du docteur Steven Greer après la publication de « Hidden Truth, Forbidden Knowledge », dans lequel il était nommément mis en cause. En 2007, Edgar Mitchell racontait sur C2C : « …Wilson m’a rappelé quelques semaines plus tard, et il m’a dit : ‘‘Vous aviez raison, tout cela est vrai. Cela devrait faire partie de mes attributions d’en être informé, mais je n’étais pas au courant.’’ » Le docteur Steven Greer persiste et signe : « J’étais là et je sais ce qui s’est dit. Avant la réunion, je lui avais fait parvenir un document secret en rapport avec les Ovnis, avec les noms de code et les chiffres (Project Red Light, Project Looking Glass, Magi Control, Royal Ops, Cosmic Ops), et j’ai su qu’il avait localisé l’un des lieux où sont conservés ces documents, mais qu’on lui avait précisément refusé l’accès aux informations sur ces opérations. » Le Vice Amiral Thomas Wilson est retraité de l’armée américaine depuis 2002, après 34 ans de service.




  



Le Vice Amiral Thomas Wilson



Il s’était trouvé avant son départ pendant trois ans à la tête de la DIA (Defence Intelligence Agency). Un groupe militaro-industriel lui a confié la présidence de l’une de ses branches. Regan Lee a son avis sur la question : « D’instinct je pense que Mitchell et Greer disent la vérité, et que notre cher Amiral a changé son histoire. Il souhaite prendre ses distances, soit parce qu’il connaît la vérité, et ça fait partie de son job de maintenir la couverture, soit il pense depuis le début que tout ça n’a pas de sens. A présent, on sait qu’il travaille pour un contractant du Ministère de la Défense. L’ex-amiral est un expert quand il s’agit de manier la désinformation. » Dave Haith a posé quelques questions à Edgar Mitchell par email, et il a obtenu une réponse intéressante sur le démenti de l’Amiral Wilson : Le docteur Mitchell s’est référé à un article du Jane’s Defence Weekly, publié en janvier 2000, titré : « Le Budget Caché du Pentagone ». L’auteur est Bill Sweetman, un analyste des questions de Défense. Il traite assez précisément des Programmes Classifiés, expliquant qu’il en existe deux sortes : ceux dont on sait qu’ils existent, et ceux dont l’existence même ne peut être révélée.
 








Edgar Mitchell attire en particulier notre attention sur cette partie : « Selon les règlementations de l’USAF, un SAP (Special Access Program) est un programme secret qui est considéré si sensible que son existence même est un secret en soi. En d’autres termes, le fait de révéler l’existence d’un programme secret pourrait compromettre sa valeur stratégique. » Le docteur Mitchell a ainsi poursuivi : « Le programme Ovnis que l’Amiral recherchait entre dans cette catégorie. Par conséquent, la loi l’oblige à nier jusqu’à l’existence d’un tel programme. Même le fait de répondre “Pas de commentaires”, dès qu’il s’agit d’un dossier classifié secret, serait une atteinte à la sécurité. » Edgar Mitchell pense que tout s’explique à la lecture de l’article de Billy Cox publié le 8 août 2008 dans l’Herald Tribune, et de ce rapport du Jane’s Defence Weekly : « Ils s’éclairent mutuellement et permettent de comprendre ce qui se passe. » Il a ajouté : « En raison de ce label SAP, il est extrêmement difficile de rendre public ce genre d’information.




AUCUNE INFORMATION de ce genre n’échappe à cette classification. » Edgard Mitchell ne souhaite pas ouvrir un conflit avec l’Amiral Wilson qui, selon lui, « est prisonnier d’un dilemme imposé par les règles de sécurité, comme tous ceux qui ont accès à ce type d’information, que ça leur plaise ou non ». Si le docteur Mitchell a autorisé la publication de ses commentaires, c’est parce que le public et les médias « doivent bien comprendre ce qui se passe, afin que nous parvenions enfin à aborder le sujet des visites aliènes ».
  









Dernière édition par D'ailes Fines le Lun 30 Nov - 10:34 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Nov - 09:30 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
D'ailes Fines
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Nov - 10:27 (2009)    Sujet du message: Ufologie, OVNI, extraterrestres Répondre en citant




Quelques articles sortis d'archives sur le phénomène des OVNI et extraterrestres.



 
 

Le phénomène OVNI et la NASA



 
 

L’astronaute d’Apollo 14, Edgar Mitchell, a été interviewé par la radio Kerrang sur le phénomène Ovni.

 Le Dr Mitchell a ainsi indiqué qu’il était au courant de nombreuses visites d’ovnis sur Terre durant sa carrière à la NASA, mais que chaque apparition « conséquente » avait été dissimulée par l’illustre organisation.

 D’après l’astronaute de 77 ans, l’agence spatiale a eu des contacts réguliers avec des extraterrestres décrits comme des « gens petits qui paraissent étranges pour nous ».

 Pour Edgar Mitchell, leur technologie est beaucoup plus sophistiquée que la nôtre, et s’ils avaient été hostiles « nous aurions disparu à l’heure actuelle ».

Voici plusieurs passages de l’interview : « Il se trouve que j’ai été assez privilégié pour être au fait que nous avons été visité sur cette planète et que le phénomène ovni est réel.

Cela a bien été dissimulée par tous les gouvernements depuis les 60 dernières années ou presque, mais lentement cela a filtré et certains d’entre nous ont eu le privilège d’être mis au courant de certaines choses.

J’ai été dans des cercles militaires et de services de renseignements qui savent que sous la surface de ce qu’a été de notoriété publique, oui – nous avons été visités.
 À lire les journaux récemment, cela se produit encore pas mal ». L’astronaute a également affirmé que l’affaire Roswell était bien réelle.




Ovnis dans le Vaucluse

 

 

 



Robert est encore sous le choc, il a pu filmer ce que personne ne peut encore expliquer.

 Il est 22h15 à Saint Saturnin lès apparitions la semaine dernière.

« J’étais avec des amis sur ma terrasse, tout le monde a vu la même chose.

La première image que j’ai filmée est trois halos de lumières blanches fixes, dans le ciel, vers le sud-ouest.

Ces lumières, à l'horizontal pendant quelques secondes, n'émettent aucun bruit.

 C'est le silence complet. Elles se démultiplient, puis deux paraissent se détacher.

 Elles continuent de descendre pour s'enfuir vers l'Ouest, en direction de Gordes.

En une seconde elles disparaissent.
 Il reste quatre lumières symétriquement les unes à côté des autres. Les deux autres réapparaissent brusquement. »

Le ballet aérien se poursuit, Robert raconte, encore fasciné, « La formation semble bouger.

 Elle adopte un angle à 30ºC.

 Les lumières se dédoublent dans le ciel, l'inclinaison est de plus en plus forte pour devenir horizontale, il n'y a plus six lumières, mais douze légèrement au-dessus de Mourre Nègre dont certaines invisibles à l'œil nu.

 La "constellation" prend la forme très claire d'un parallélépipède rectangle ».

 À 22h35 le show se termine, les lumières disparaissent, laissant Robert et ses amis marqués pour toujours.






Lorsque les ovnis débarquent…


 


L’information a été relayée par plusieurs blogs.

Après de nombreuses recherches, ce témoignage n’a toujours pas été validé, mais, dans un souci d’information, le Monde de l’Inconnu tenait à faire partager cette déclaration.

 Dimanche dernier, 20h, à Marlinja une petite ville au nord de l’Australie de 112 habitants.

 Une famille et des amis passent les plus longues heures de leur existence, lorsque trois Ovnis se positionnent face à leur habitation, et un quatrième au-dessus.


Voici les dires de Janie Dixon, mère de famille, qui a assisté à la scène : « J’étais à l’intérieur parlant à mes deux nièces lorsque nous avons entendu un bruit fort et étrange.

 Un bruit horrible, comme si quelque chose passait au-dessus de nous.

 Nous sommes sorties, on pensait alors apercevoir un avion.

Puis nous avons vu ce que je pensais être une étoile, la première que l’on voit d’habitude le soir.

 C’est alors que trois lumières rouge se sont approchées, le bruit se renforçant avec elles.

On sentait comme si le sol tremblait, nous avons alors couru à l’intérieur et avons fermé les portes.

 La lumière est devenue si intense que nous avions l’impression d’être sous les projecteurs d’un stade de foot. Après un long moment, les choses ont disparu, il était alors 23h. »





Un ovni observé à Tournefeuille


Michel Saint-Marc, un habitant de Tournefeuille (Toulouse) a photographié un engin énigmatique et lumineux dans la nuit de dimanche à lundi.

« Il faisait si chaud dans la nuit de dimanche à lundi que je n'arrivais pas à dormir.

 Je me suis alors mis à la fenêtre de ma chambre à coucher et j'ai regardé le ciel, et attendant que le sommeil revienne… Mais il n'est pas revenu et pour cause.

 Au bout d'une demi-heure, j'ai entendu un gros sifflement et j'ai vu un objet descendant du ciel à vive allure.

 De vert, il est devenu violet.

Il venait de la direction de Léguevin.

J'avais le cœur qui battait très fort… Il était brillant, il avait, avec des petits points noirs sur le côté, comme des hublots.

 À mon avis il était à 5 ou 600 mètres de moi et devait être aussi gros qu'un autobus.

 L’homme n’en revient pas et appelle tout de suite sa femme afin de réaliser immédiatement une photo de l’ovni. À peine a-t-il eu le temps de prendre le premier cliché que l’engin s’enfuit, disparaissant à la vitesse de l’éclair.






Lorsqu’un ovni chasse un hélicoptère







 


Un hélicoptère de la police galloise a été confronté à un “appareil Volant inhabituel”, près de Cardiff.

 «La police du sud du Pays de Galles confirme que son unité aérienne de soutien a aperçu un appareil volant inhabituel.

 Cela a été signalé aux autorités compétentes pour leur enquête», a indiqué une source en évitant d’appeler l’engin ovni, «objet volant non identifié».

 D’après le tabloïd, The Sun, la police a tenté de chasser l’ovni qui avait essayé d’attaquer l’hélicoptère.

 Le journal à scandales indique “Le pilote a fait un virage brusque pour éviter d'être percuté, puis s'est lancé dans une poursuite à grande vitesse.


 Mais il a dû abandonner la chasse car le réservoir de l'hélicoptère était presque vide --et l'ovni s'est échappé”. Une information démentie par la police.





LOFAR : détecteur d’extraterrestres





 



Notre Galaxie nous révèle chaque jour de nouveaux mystères.

Avec plus de 100 milliards d’étoiles, et des systèmes planétaires capable d’abriter une certaine forme de vie, comment pouvons nous être seuls dans cette immensité ?


Beaucoup de scientifiques pensent à une possible vie extraterrestre sur plusieurs planètes à des années lumières de la Terre.

Si loin qu’il est très difficile actuellement, de capter des signes de vies.

 Pourtant malgré les distances, notre futur technologie permettrait de détecter des signaux émis intentionnellement.

 LOFAR, un réseau de radiotélescopes, serait ainsi le parfait outil pour repérer une vie extraterrestre.

 LOFAR c’est 25 000 antennes en réseau répartis par grappes, sur des distances de 400 voire 1 000 km (en Europe de l'Ouest).

Un projet néerlandais mené par l’institut ASTRON, opérationnel depuis fin 2008, début 2009.


     

Un ovni explose en plein vol



 



Près de l’île sud-viêtnamienne de Phu Quok, un objet volant non identifié a explosé en vol mardi 27 mai.

 Des débris métalliques on été retrouvés les jours suivants sur les côtes cambodgiennes.

Avion civil ou militaire ?

Les autorités écartent ces deux options en faisant l’état des lieux auprès des forces militaires et de l’aviation civile.

Aucun avion n’a été perdu, et aucun crash n’a été enregistré par l’aéroport de Phnom Penh.

 Depuis mardi civils comme militaires mènent l’enquête sur ce qui pourrait être l’explosion d’un simple drone.
 Une affaire à suivre...







Ovni sur Nancy





 


“J’ai vu une sorte de lueur dans le ciel, ça faisait un peu penser à une étoile.

J 'ai d'abord pensé à un satellite mais rien ne ressemblait à son mode de déplacement”.

Johanna n’en revient toujours pas, assise mardi dernier dans sa cuisine elle aperçoit d’étranges lumières, elle est persuadée d’être face à un événement surnaturel.

La jeune femme réalise un croquis de cette vision, quatre branches principales, d'autres plus petites, avec par endroit des projections également lumineuses.

 Les dires d’une seule personne pensez-vous, et bien non car Johanna appelle un ami.

svan, qui se dit rationnel, est impressionné par le spectacle, il pense lui aussi à quelque chose d’inconnu.

«Les mouvements ne ressemblaient pas à ceux qu'accomplissent des hélicoptères et les avions.

 Ces derniers quand ils négocient un virage le font de façon autrement plus large, plus ample, à une vitesse moins importante».

Le lendemain, notre jeune femme décide d’observer le ciel une nuit encore, Itsvan est présent ainsi que deux voisins.

 Difficile à croire et pourtant le ballet aérien (ou ovnien?) reprend.

Affolés ils appellent la police pour signaler ces étranges visions ; « Ils m'ont demandé d'expliquer ce que j'avais vu, s'il n'y avait pas une boite de nuit dans le secteur parce que le laser que certains de leurs exploitants utilisent ont déjà abusé certaines personnes.

Nous avions convenu que je les rappelle si cela se reproduisait».

 Malheureusement le show n’a jamais repris...




Aucune vie extraterrestre



 


Verrons-nous un jour une vie extraterrestre ?

 D’après Andrew Watson, scientifique de l'Université d'East Anglia, nos chances sont quasiment nulles.

La faute au manque de temps.

 L’une des limites de l’évolution reste l’habitabilité des planètes, et elle est, d’après les études réalisées,  beaucoup trop courte à l’échelle d’un système solaire.
 
Les scientifiques se sont basés sur la vie terrestre pour développer un modèle permettant de savoir si oui ou non une vie est possible sur telle ou telle planète.

 Ce modèle repose sur plusieurs paramètres principaux, nécessaires pour qu’une vie soit possible : les différentes étapes de l'évolution, le temps que cela a pris pour passer d'une étape à une autre et la durée restante de l'habitabilité de la Terre.


Côté habitabilité notre belle planète bleue sera dépeuplée dans un milliard d’années.

 Le Soleil est environ 25 % plus lumineux aujourd'hui que lorsque la Terre s'est formée, un paramètre crucial.

 Car si la Terre disparaîtra physiquement dans environ 3 milliards d'années, d'ici 1 milliard d'années, la température moyenne de la Terre sera de 50 degrés C, la rendant inhabitable.

D’après les 4 grandes étapes qui ont permis à notre planète d’abriter une forme de vie , Andrew Watson a pu établir plusieurs constats.

Le premier, franchir chaque étape a été une prouesse, chaque palier étant un monstre à passer.

 Le deuxième constat montre que nous sommes “nés” vers la fin de la période d'habitabilité de la Terre, la généralisation du processus de l'évolution de la vie un peu partout dans l'Univers est donc peu probable.

Ce qui aurait été différent si la vie sur Terre était apparue en début d’habitabilité. 


Troisième constat, le franchissement d'une étape à une autre est long.

 Il y a environ 10 % de chance de passer d'un stade à un autre. Sur 4 milliards d'années, il y a seulement 0,01 % de chance qu'une forme de vie intelligente puisse émerger et perdurer le temps de se poser des questions sur son origine.





Ovni : des rapports dévoilés




 


Cette semaine le Ministère de la Défense britannique a rendu public ses enquêtes sur le phénomène ovni.

Des rapports d’observations disponibles sur le site internet du Ministère de la Défense, et accessibles au téléchargement.

 Jusqu’à présent le MoD diffusait déjà quelques brèves sur les observations d’ovni.

 Alors quelle nouveauté ? Les rapports publiés sont aujourd’hui complets, ils mettent en lumière les correspondances entre les témoins et le gouvernement, ainsi que le suivi des enquêtes. 

Nick Pope, un ancien employé du MoD, indique que la majorité des phénomènes ont été identifiée comme naturel ou humain.

 Les objets non identifiés étant souvent de simples lumières d’avion, des météorites ou encore l’observation (sans le savoir) de la planète Venus.

Il faudra près de trois ans pour que l’ensemble des données récoltées par le MoD soit en ligne.

 Si pour le moment l’accès aux informations est totalement gratuite, au bout d’un mois les documents deviendront payants.



Ovni : une affaire d'Etat



Un courrier dès plus surprenant a été reçu cette semaine par l’Elysée.

 D’éminents scientifiques dont le contre-amiral Gilles Pinon, un ingénieur du CNRS ou encore le directeur de recherche de l’Inserm, ont adressé une lettre ouverte demandant le lancement officiel d’une étude sur les Ovnis.

D’après les auteurs de ce courrier le phénomène Ovni est “un sujet suffisamment grave pour que l'État s'y implique enfin de manière très sérieuse”.

Une lettre fondée sur un doute cartésien.

 D’après ces scientifiques le phénomène ovnien relève souvent de fantasmes et de nombreuses méprises de la part des ufologues, et pourtant“ une part significative témoigne de lois physiques inconnues et participe d'un principe intelligent…”. En bref, Gilles Pinon demande à l’Etat d’appliquer le principe de précaution et de ne plus abandonner les histoires d’Ovni aux simples légendes et rumeurs publiques.














 

Les OVNI n’existent pas en Grande-Bretagne !



Le Ministère britannique de la Défense a remis ses conclusions dans un rapport de 400 pages concernant les observations d’objets volants non identifiés.

Le verdict est sans appel : il n’y a aucune preuve de vie extraterrestre ayant survolé le territoire de la Grande-Bretagne !

 « Aucun fait ne permet de suggérer que ces phénomènes sont hostiles, ni même sous quelque type de contrôle, autre que celui des forces physiques naturelles » résume le rapport, intitulé “Unidentified Aerial Phenomena in the UK”.

 Les milliers d’observations compilées sur des décennies peuvent donc toutes s’expliquer par un phénomène naturel... Le debunking a encore frappé !





Mutilations de bétail : 3 nouveaux cas inexpliqués






 


Depuis plus de 30 ans, des centaines de vaches connaissent le même triste sort : être retrouvé partiellement ou totalement mutilées avec une précision chirurgicale, sans qu’aucun suspect ne soit jamais arrêté.

 Ces étranges phénomènes ont lieu principalement en Amérique Centrale et en Amérique du Nord.

 Le dernier cas recensé implique 3 vaches de La Pampa, retrouvées mutilées au sud de la ville de General Acha.

Les animaux étaient privés de leurs mamelles, de leurs oreilles, de leurs yeux, de leur langue et d’une partie de leur mâchoire. En 2003, près de 1500 bovins ont été retrouvés avec des mutilations similaires… Expériences extra-terrestres ou siplives Humains ?



Il photographie un OVNI avec son portable !







 

Merci aux téléphones portables dernière génération !

Grâce à la caméra intégrée, il est désormais possible de prendre n’importe où et en un clin d’œil une photo de vos amis… ou d’objets beaucoup plus insolites.

 Ainsi, un homme circulant sur l’autoroute de Sao Paulo ayant aperçu une forme inhabituelle dans le ciel a pu prendre cette image avec son portable.

 On distingue un objet cylindrique volant au ras du sol.

 Le témoin précise que l’OVNI est resté environ 30 minutes au-dessus du sol, émettant un son de puissants moteurs.

 Cette personne, encore sous le choc, désir garder pour l’instant l’anonymat, tandis que sa photographie est en cours d’analyse par des experts du centre brésilien de recherche sur les soucoupes volantes, le CBPDV.




Un OVNI près d’un aéroport canadien







 


Décidément, le Canada est un lieu privilégié pour l’observation d’OVNI !

 Ce sont récemment 3 contrôleurs aériens de l’aéroport de Winnipeg qui affirment avoir vu un objet volant non identifié. Un ufologue de la région, Chris Rutkowski, s’est penché sur l’affaire : « Cela faisait un peu le bruit d’un avion, mais les contrôleurs sont convaincus que ce n’en était pas un.


 Quoi qu’il en soit, le radar de l’aéroport n’a pas détecté l’objet » précise-t-il. Selon l’ufologue, 9 observations d’OVNI ont été déclarées au cours de la même nuit… Affaire à suivre ...






Canada : destination touristique pour OVNI ?


Le ciel canadien semble avoir été particulièrement apprécié des OVNI cette année ; avec plus de 400 observations déjà répertoriées (contre 300 en 2003 à la même époque), le nombre d’objets volants non-identifiés est donc en passe de battre un record !


 Ces données nous parviennent du Ufology Research of Manitoba, une organisation spécialisée dans la compilation des rapports OVNI.


 Sans qu’on puisse expliquer pourquoi, la majorité des observations se situe dans la zone géographique appelée « Les Prairies ». Pour que 2007 soit l’année de tous les records, il faudra donc que la tendance à la hausse se confirme jusqu’à décembre, afin de dépasser les 974 observations rapportées au 31 décembre 2006…



Les archives OVNI britanniques en danger







 


Des milliers de documents datant de la guerre froide ont été mis en quarantaine suite à une contamination à l’amiante.

 Parmi eux, des documents importants concernant des débriefings nucléaires britanniques, et 25 dossiers OVNI produit par une branche secrète de renseignements qui a étudié les cas les plus étranges depuis 1971.

 Ces archives sont aujourd’hui menacées de destruction suite à leur contamination, et d’ores et déjà des historiens et des ufologues anglais ont lancé une vaste campagne pour sauver ces dossiers.


Joe McGonagle a ainsi envoyé une lettre au Premier Ministre britannique, dans laquelle il demande le « sauvetage » des documents, au nom de l’intérêt national.







Les archives du CNES sur les OVNIs






 


Les OVNI (ou « Objets Volants Non-Identifiés ») constituent des phénomènes qui passionnent les foules. En effet, que ces phénomènes soient la manifestation d'événements étranges ou tout à fait normaux (comme des ballons météo), beaucoup de gens s'y intéressent. On les appelle les ufologues (mot dérivé de UFO : « Unidentified flying object », OVNI en anglais) ...

Les ufologues français vont être ravis.

 En effet, le CNES (« Centre National d'Etudes Spatiales ») vient d'annoncer la mise en ligne prochaine de ses archives concernant les apparitions d'OVNI en France.

 Ces archives sont composées de près de 100 000 pages. Elles recouvrent 3 000 procès verbaux de Gendarmerie pour 6 000 témoignages de 1 600 phénomènes non expliqués.

La principale tache de cette opération de mise en ligne d'archives, c'est la numérisation.

 En effet, les archives les plus vielles ont 30 ans (donc, elle sont sur papier).

Initialement prévu pour mi-2006, ce projet vise à fournir au public « l'ensemble du fond documentaire disponible, dans le respect de la législation en vigueur ».

 Comme le veut la législation toutes les données nominatives ont été enlevées des documents.

 On aura donc un nombre conséquent de M. B, Mme. C, Melle. Q. ... autant non identifiés que nos amis extraterrestres !





 La sonde Cassini photographie un OVNI





 


Intérrogé, le Docteur Greer (auteur de « Révélations ») nous révéle que des clichés intrigants ont été dissimulés par la NASA, et notamment des images prises par la sonde Cassini en 2004.

 Ce que l’agence spatiale qualifie de gigantesques astéroïdes pourraient en fait être d’énormes vaisseaux spatiaux, dont certains feraient la taille… de la Terre !

 Lors d’une émission de radio en mars 2005, le Docteur Greer affirme que de nombreux clichés ont été censurés : « certaines de ces images ont révélé la présence non seulement d’un, mais de plusieurs grands engins d’origine extraterrestre » à confirmer l’ufologue.

 « Les objets se présentent comme des objets striés, ayant la forme classique d’une soucoupe, avec plusieurs arrêtes qui s’échelonnent en partant du centre pour créer une forme quasiment prismatique » a-t-il ajouté.






La Défense anglaise et l’hypothèse extraterrestre





Bonne nouvelle pour les ufologues, qui obtiennent une preuve de plus que les gouvernements des pays industrialisés tiennent à surveiller de près tout ce qui touche aux apparitions d’engins exotiques.

 C’est une lettre interne, révélée par le Financial Times, qui vient prouver que le ministère anglais de la Défense enregistre avec une grande attention tous les témoignages OVNI observés sur leur territoire, « afin de déterminer si les événements décrits par les témoins ont une pertinence pour la sécurité du pays ».

 Ce document confidentiel, qui a pu être arraché au secret grâce à la nouvelle loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act), précise en outre que le ministère se doit de garder « l’esprit totalement ouvert » en ce qui concerne les cas d’OVNI et l’hypothèse d’une vie extraterrestre.

 Tiens donc…





Des pannes mystérieuses dues aux OVNI ?



 



 

Fin janvier 2005, toute la zone nord-est de la ville italienne d’Aoste était paralysée par une étrange panne : plus aucune télécommande électrique ne fonctionnait, que ce soit celles des voitures, des garages ou des portails des résidences !

 En revanche, les systèmes d’alarme des habitations se sont révélés être en parfait état de marche, et les analyses effectuées sur les champs électromagnétiques n’ont rien donné….


 Une autre panne à Gardanne, dans le sud de la France, a par ailleurs laissé quelques habitants songeurs : plusieurs foyers ont été brusquement privés d’électricité pendant environ 1 heure ; durant ce laps de temps, de nombreux résidents ont constaté un dérèglement de leur montre, et certains compteurs de voitures ont été remis à zéro !

 Quelques jours plus tôt, la chute d’un « objet » dans la zone avait mobilisé durant 24 heures les sapeurs-pompiers, les gendarmes et les policiers du département. Coïncidence ?



Crânes allongés : une race extraterrestre ?


 

 

La Terre a-t-elle abrité dans des temps reculés une race d’extraterrestre qui se distingue par une forme de crâne particulièrement allongée et proéminente ?

 C’est ce que laisse penser la découverte par des archéologues de dessins datant de 70 millions d’années sur des pierres d’Amérique du sud.

Ces pierres, que l’on appelle Iki, représentent des personnes dont la tête est clairement disproportionnée, une apparence que l’on peut retrouver sur certains squelettes non identifiés du Caucase russe.

 D’autres recherches archéologiques ont déterré des squelettes similaires en Europe, notamment en France et en Norvège, ainsi qu’en Asie centrale.

 Compte tenu des énormes distances qui séparent tous les lieux de découvertes, on peut s’interroger sur la provenance exacte de ses crânes démesurés.

Plus étrange encore, les crânes allongés présentent également une particularité incroyable : un petit trou au niveau de la couronne crânienne, dont les bords sont extrêmement nets.

 Le célèbre archéologue Lloyd Pye, affirme avoir étudié de près un des spécimens, trouvé en 1930 au Mexique : « J’ai fait un test ADN sur les os dans 2 laboratoires différents.

 Et il est clair que certains segments d’ADN sont différents de ceux des humains. ».

 Lloyd Pye souligne que certaines peuplades ont voulu il y a quelques siècles imiter cette particularités physique en plaçant des cordes très serrées sur le crâne des enfants en bas âge.

 « Cette ‘mode’ prouve que des humains ont voulu imiter des ‘étrangers’ qui possédaient un squelette différent du leur » précise l’archéologue, auteur du pertinent ouvrage « Tout ce qu’on vous a appris est faux »






Un OVNI dans le ciel de Phoenix !



 La ville américaine de Phoenix est réputée depuis plusieurs années pour sa multiplicité de phénomènes OVNI.

 Dans la soirée du 26 juin dernier, une nouvelle apparition d’un engin non identifié à été constatée par plusieurs témoins, dont un qui a réussi à prendre ce cliché nocturne.

 Publiée sur le site anglophone d’Ufomag, la photographie montre un OVNI déjà aperçu par une webcam le 10 février 2005 au-dessus de Washington DC.

 L’engin est relativement grand, d’aspect métallique, et très plat. Sous cet angle, il est impossible de dire si l’OVNI est triangulaire ou en forme de boomerang, mais plusieurs témoins ont indiqué que le vaisseau parvenait à rester en position de vol stationnaire, et qu’il ne laissait aucune trace en se déplaçant.






Le GEIPAN demande au gouvernement une information plus transparente sur le sujet OVNI ?


Il convient de souligner la formation d’un nouveau groupe d’étude français, le GEIPAN (Groupe d’Etude et d’Information des Phénomènes Aérospatiaux Non-Identifiés).

Ce service du CNES succède ainsi au SEPRA dans l’étude du phénomène OVNI, avec pour objectifs la collecte des rapports dans une base de données, l’analyse des informations par le biais de spécialistes, et la communication au public via des rapports et un accès aux archives sur un site Internet.





Le Président fraîchement nommé, Yves Sillard, fut délégué général pour l’Armement et est l’un des pères de la fusée Ariane.

 Il s’est récemment expliqué dans une interview donnée à RFI (Radio France International), et ses commentaires sans langue de bois laissent espérer une information plus sérieuse et plus suivie des phénomènes OVNI : « Ce sujet déchaîne les passions et suscite toutes sortes de campagnes de désinformation, parfois invraisemblables, qui ont très souvent pour objet de ridiculiser, voire de déstabiliser les gens qui travaillent sur la question ».


 Lors de l’interview, il n’a pas hésité à concéder que depuis de nombreuses années, la recherche ufologique officielle avait été plus ou moins abandonnée : « On peut dire que depuis une quinzaine d’années, le CNES a un peu cédé à ces campagnes de désinformation.

C’est pourquoi il est du devoir du CNES de l’aborder à nouveau calmement avec la plus grande rigueur scientifique, et sans idées préconçues » ajoutait le nouveau Président, faisant directement allusion au défunt GEPAN qu’il avait crée en 1977 lorsqu’il était Directeur général du CNES.



D’après ses dires, 20à 25 % des observations d’objets non-identifiés depuis les années 50 (soit de milliers de cas !) n’ont pas encore trouvé d’explications scientifiques plausibles, un pourcentage que l’on retrouve dans la plupart des pays qui tiennent une base de données sur le sujet OVNI : « Le rapport américain CONDON de 1969 faisait apparaître que 30% des observations recensées étaient inexplicables, tout en concluant que la poursuite de l’étude du phénomène OVNI n’avait aucun intérêt, ce qui est parfaitement contradictoire.


 Je pense au contraire que les américains développent sur le sujet des efforts d’investigation très supérieurs à tous les autres pays. Ils protègent leurs  recherches en orchestrant une politique de désinformation.


 Dans quel but ? Est-ce pa crainte de voir leur suprématie remise en jeu si un jour on se trouvait face à une civilisation extérieure extraterrestre beaucoup plus avancée, ou pour garder pour eux un acquis potentiel de technologie ? Mais tout ceci est un autre débat...».



De véritables moyens semblent en tout cas avoir été mis en place, avec la collaboration de scientifiques spécialisés dans les domaines de la propulsion, de l’électromagnétisme ou encore de l’astrophysique.

On espère de tout coeur que la recherche ufologique en France prenne un nouvel essor avec la constitution du GEIPAN, et avec à sa tête un scientifique de talent bien plus ouvert que la plupart de ses congénères !






Ils ont hacké les dossiers OVNI de l'US MILITARY


 



 


Les « hackers », ces pirates informatiques capables de pénétrer dans n’importe quel réseau informatique sécurisé, cherchent en règle générale à percer les systèmes de défense des banques ou des grandes multinationales.


Ce n’est pas le cas de Gary McKinnon, un pirate anglais de 40 ans, qui a profité de ses capacités informatiques pour assouvir sa curiosité... d’ufologie ! Ce hacker a donc forcé le système de sécurité d’une cinquantaine d’ordinateurs de l’armée U.S, 25 de l’US Navy, et 15 de la NASA entre 2001 et 2002.



Sa « mission » : trouver dans les dossiers confidentiels la preuve de l’existence de vaisseaux extraterrestres et autres OVNI.

 Dans une interview accordée au « Guardian », Gary confirme d’ailleurs être tombé sur des documents explosifs : « J’ai trouvé une liste de gradés avec le titre de ‘Non Terrestrial Officers’... ce que j’ai interprété comme étant des gradés sur des bases non-terrestres.

 J’ai également trouvé une liste correspondant à des transferts entre flottes, associée à une liste de noms de vaisseaux qui, après recherche, ne font pas partie de la flotte U.S.

 J’en ai donc déduit qu’ils devaient être des vaisseaux spatiaux non listés ».



C’est selon le procureur général « le plus important piratage de système informatique militaire qui ait jamais eu lieu »...




OVNI : L’Armée australienne se dévoile...


 

 


Après la retentissante collaboration annoncée il y a quelques mois entre l’Armée et les ufologues brésiliens (voir l’Inconnu 315), c’est au tour du gouvernement des Territoires du Nord de l’Australie de rendre accessibles plusieurs dossiers sensibles concernant des observations OVNI extraterrestres.


Après 30 ans de secret-défense, plusieurs archives secrètes classées top secret sont donc désormais à la disposition des ufologues australiens, qui ont d’ores et déjà constaté qu’une majorité d’observations se localisait à l’extrémité nord du pays.

 Des témoignages civils, mais aussi militaires avec les dépositions d’équipage de la RAAF (l’armée de l’air australienne), les responsables de l'ufologie tiennent là de précieux documents, formidable base de travail pour tous ceux qui s’intéresse de près aux observations OVNI.



Les premières conclusions ont été tirées par Dominic Mc Namara : « Les Territoires du Nord sont un point chaud pour les observations, en particulier en raison de son éloignement. Ces cas montrent que les gens voient réellement des objets non identifiés et peuvent les décrire quant ils le valent. ».



Vie extraterrestre : scientifiques et ufologues d'accord !



Dans le très sérieux ‘Journal of the British Interplanetary Society’ de février 2005, une groupe de chercheurs américains estiment que « les récentes découvertes en astrophysique suggèrent que nous pourrions nous trouver nous-même au milieu d’une ou plusieurs civilisations extraterrestres ».


L’astrophysicien Bernard Haisch va même plus loin, en fustigeant ceux qui se moquent des rapports OVNI extraterrestre : « Nous sommes dans une curieuse situation aujourd’hui ; là où nos meilleures théories prédisent que nous devrions faire l’expérience d’une visite extraterrestre, toute preuve possible du phénomène OVNI est l’objet de risée à l’intérieur de notre communauté scientifique ».


C’est en s’appuyant sur la découverte l’année dernière d’une zone galactique habitable dans la Voie Lactée que ce chercheur juge extrêmement probable une rencontre du troisième type imminente.



Centre de recherche sur les OVNI en Chine



Les autorités de la province chinoise de Guizhou ont annoncé à la fin de l’année dernière qu’elles venaient de recevoir 20 millions de dollars d’une société basée à Taïwan pour construire un centre de recherche sur les OVNI au même titre que le SETI.


Le choix de l’endroit n’est pas anodin, puisque de nombreux habitants de la zone sont persuadés d’avoir été visités par des extraterrestres en 1994 ; avec ce centre de recherche flambant neuf, les scientifiques espèrent donc pouvoir étudier les prochaines apparitions OVNI extraterrestre.


Le 30 novembre 1994, 27 hectares de forêt avaient été mystérieusement abattus, alors que le reste des arbres étaient demeurés intacts. Plusieurs habitants ont également vu un énorme camion (que l’on a retrouvé à 20 mètres de son emplacement initial) ‘soulevé dans les airs par une force inconnue’.



Présence extraterrestre : un ministre lève le voile



L’ancien ministre de la Défense canadien Paul Hellyer a rejoint 3 organisations non gouvernementales, où il multiplie les déclarations fracassantes en matière de vie extraterrestre.

Ainsi, après avoir confirmé que « les OVNI sont aussi réels que les avions qui volent au-dessus de nos têtes », il demande désormais au gouvernement canadiens d’organiser des réunions publiques sur le thème de la présence extraterrestre.



Selon l’ancien ministre de la Défense, le maintien du secret pourrait entraîner une guerre intergalactique avec des civilisations avancées : « Le secret est impliqué dans tous les dossiers OVNI comme dans le cas de Roswell, au-delà du secret-défense.

 Les militaires des États-Unis préparent des armes qui pourraient être utilisées contre les E.T. Je suis très concerné, car ces conséquences pourraient être le début d’une guerre inter galactique.



Le temps est venu de dévoiler publiquement qu’il existe des civilisations extraterrestres civilisées qui  visitent la Terre, et L’administration Bush a finalement accepté de laisser construire une base avancée sur la Lune, ce qui mettrait les USA dans une meilleure position pour observer les allées et venues des visiteurs de l’espace, et les attaquer, s’ils le décidaient ainsi.


Le gouvernement Canadien doit aborder au plus vite les questions importantes sur le déploiement d’armes dans l'espace contre les visiteurs extraterrestres. Les temps sont venus de soulever le voile du secret, et de laisser la vérité émerger, afin qu’il puisse y avoir un débat réel et sérieux au sujet de l’un des plus grands problèmes dont notre planète ait à faire face aujourd’hui ».


Alors, révélation... ou désinformation ? Les déclarations de cet ancien officiel sont pour le moins troublantes.




Revenir en haut
Feanor
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juin 2007
Messages: 494
TITRE: Ange Du Feu Elfique
Masculin
Signe du Zodiaque: Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 710
Moyenne de points: 1,44
RACE ou PROFESSION: barde
élément: Sacré
ALIGNEMENT: Bon
MAGIE:
MOTIVATIONS: détruire le mal

MessagePosté le: Lun 30 Nov - 20:39 (2009)    Sujet du message: Ufologie, OVNI, extraterrestres Répondre en citant

smiley9 d'ailes fines , en tout cas un gros sujet traité sous tout les angles  (sa fait bcps a lire lol^^) qui me passionne depuis des années, en effet qui peut savoir ce qui se cache  dans les ombres entres les étoiles.. quelles formes de vie vivement que l'humanité se rende compte que l'ultime frontière de l'homme reste l'espace ;)

(pas mal d'ailes fines plutôt ambitieux pour un deuxieme post^^ mais

 tu t 'en es bien sortie bravo^^)

_________________


Revenir en haut
MSN
D'ailes Fines
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 3 Déc - 10:11 (2009)    Sujet du message: Ufologie, OVNI, extraterrestres Répondre en citant

Merci. Je continue donc sur ma lancée, car c'est un sujet très vaste et riche en actualité.









 







Dans de nombreux domaines, la Suisse est un pays qui sait rester discret... très discret même au point de rendre quasiment inconnu, le phénomène OVNI en pays helvète. Cela vaut également pour les dossiers extraterrestres et OVNI , peu connus du grand public. Le Monde de l’Inconnu vous propose un reportage inédit sur les cas d’observation OVNI les plus pertinents constatés sur le territoire helvétique et vous propose un dossier complet sur le phénomène extraterrestre en Suisse. 



Les contradictions du personnel militaire 




Ufologue réputé disposant de nombreuses années d’expérience sur le terrain et ayant étudié des centaines de cas, Luc Bürgin est tout à fait conscient que de nombreuses observations peuvent être expliquées par des phénomènes naturels ou artificiels : étoiles, ballons-météo, rentrée de satellites, mais aussi désormais rayons lasers des discothèques... près de 95% des témoignages n’ont en fait aucun rapport avec le phénomène OVNI. Mais il reste 5% de cas véritablement troublants : c’est sur cet infime pourcentage que l’auteur a choisi de travailler avec patience et efficacité. Une démarche nécessaire pour faire le point sur les 1400 observations recensées sur le territoire suisse, car il est important de souligner qu’aucun organisme ne s’occupe officiellement dans ce pays de l’étude des données OVNI... 



 




Le déni de l’Armée Suisse...
Comme dans de nombreux pays, l’Armée helvète n’aime pas particulièrement que l’on s’intéresse à ses archives OVNI. Les militaires suisses ont donc trouvé une solution simple et radicale : il n’existe officiellement aucun rapport d’observation OVNI ! Pourtant, l’auteur a pu retrouver les premiers documents décrivant des objets non identifiés datant des années 50, impliquant du personnel militaire. L’agence de presse DPA confirmait en outre en août 1954 que « de nombreux suisses, dont des membres de l’Armée de l’air, ont annoncé aux autorités des observations de soucoupes volantes ces derniers jours ». Une annonce corroborée quelques jours plus tard dans un rapport de la CIA... Pourtant, lorsque Luc Bürgin demande l’accès aux archives de l’armée, on lui répond qu’il « est mal informé au sujet des renseignements sur les OVNI détenus par l’armée de l’air suisse.Non seulement nous ne détenons pas d’archives à ce sujet, mais nous n’avons encore jamais reçu d’annonce concrète de nos pilotes sur l’observation ou la rencontre d’un OVNI ». Le responsable militaire va même jusqu’à affirmer : « Chez nous, ce problème n’est pas particulièrement suivi ». On n’en attendait pas moins de la Grande Muette... 


... et les contradictions du personnel militaire
Mais comme souvent dans le domaine ufologique, les responsables militaires tombent à un moment ou un autre dans la plus évidente contradiction. Ainsi, des journalistes suisses romands ont recueilli cette déclaration de Richard Gautier, porte-parole du département militaire fédéral : « L’armée entretient réellement des contacts très étroits avec des gens qui lui annoncent des observations dans le domaine des OVNI dont il est question actuellement. Ces observations sont enregistrées et classifiées. Le service de renseignements des troupes d’aviation est responsable de ce travail. Ces rapports ne sont pas accessibles au public ». Il devient alors évident que comme la plupart des pays industrialisés, l’armée suisse a choisi la stratégie de la désinformation. Et le silence du personnel militaire s’explique facilement ; un ancien pilote de l’armée, qui a désormais intégré la compagnie SwissAir, revient sur les menaces qui pèsent sur les pilotes : « L’armée de l’air suisse tient des archives sur tous les cas OVNI. Il existe aussi des photos de vol et des films qui témoignent de telles rencontres. Les pilotes qui sont chargés d’effectuer des vols de reconnaissance dans de telles affaires sont immédiatement isolés et soumis à un sévère interrogatoire en cas de résultats positifs. Tous les pilotes de  l’armée de l’air devaient garder un silence absolu à l’égard du public, et les coupables qui violaient la loi du silence étaient soumis à des mesures disciplinaires, pour violation du secret militaire ». Si cette personne a bien entendu choisi de rester anonyme, un personnage officiel vient confirmer les dissimulations de l’armée helvète : l’ancien conseiller municipal lausannois Jean Schaffer. Témoin d’une poursuite d’OVNI dans les Préalpes, il est désormais convaincu que les officiels cachent bien des choses aux citoyens suisses : « Par ciel clair, l’OVNI est apparu à environ 1000 mètres de hauteur, dans un nuage brun foncé à noir, étiré en longueur ; il volait à la vitesse d’un avion de tourisme vers l’est. Après que l’OVNI ait disparu dans le voile de brume des Alpes valaisannes, j’entendis le bourdonnement de 2 Vénom qui se lancèrent dans une course poursuite sauvage, mais infructueuse. On peut comprendre que le département  militaire fédéral se taise et fasse de telles cachotteries au citoyen, mais c’est terriblement anti-démocratique ». 



Des témoignages précis et concordants 





 



Boules lumineuses et OVNI qui change de forme...
Les inévitables démentis de l’armée mis à part, Luc Bürgin a pu compter sur de solides témoignages pour étoffer son enquête sur les OVNI aperçus sur le territoire suisse. Boule argentée, disque étincelant, soucoupe métallique, roue de feu, engin en forme de cigare, triangle volant... les descriptions ne manquent pas, parfois avec des schémas et des croquis à l’appui. L’auteur s’est attaché à regrouper les observations les plus troublantes, comme celle Walter Gross, qui vit en 1962 un OVNI violer les lois de la physique terrestre : « C’était un disque d’une taille énorme ; on aurait dit la tranche dorée d’un disque brillant de couleur verte. Tout à coup, l’objet monte à toute allure et en même temps devient soudain rectangulaire, en position horizontale dans le ciel, tout en gardant la même vitesse ». 10 ans plus tard, plus précisément en octobre 1973, c’est au tour de Rudolph Matter d’apercevoir un triangle sur lequel une lumière verte clignote : « Tout à coup, l’objet stoppa très brusquement et clignota encore 2 fois avant que la lumière ne s’éteigne et qu’il prenne la forme d’une petite boule de couleur jaune à rouge ».L’année suivante, Majella Gaudreau expérimentait à son tour ces changements de formes et de couleurs à Fribourg : « Je m’arrêtais pour regarder ce qui me semblait être un avion en feu volant rapidement au-dessus des montagnes. Ensuite, la ‘chose’ tourna dans notre direction, grossit, devint rond comme la pleine lune. L’objet était arrivé sans bruit à une trentaine de centimètres d’un grand arbre qui se trouvait en face de moi : en une seconde, cette grande lune avait changé d’apparence et avait pris la forme d’une lampe rectangulaire, transparente. Au centre de l’objet, il y avait une lumière blanche comme un tube fluorescent. Il sembla m’observer quelques secondes puis tourna à angle droit à une vitesse incroyable, devint rouge et monta dans le ciel où il disparut en quelques minutes ». 





Quant au pilote amateur Paolo Puccetti, il eut la surprise d’être accompagné en vol par 2 engins ovoïdes d’environ 6 mètres de diamètre à la frontière entre la Suisse et l’Allemagne : « C’était une forme ovale, gris-rayonnant avec une couronne bleu-clair. Au centre, 2 très grands projecteurs aveuglants qui ressemblaient à des yeux et qui diffusaient une très forte lumière de néon clair vert acide. J’ai informé immédiatement la tour de contrôle par radio : l’unique réponse que j’ai reçue fut un rire tonitruant ». Le soir du 31 juillet 1985, nouvelle observation d’un OVNI aux formes changeantes, constatée par le couple Visetti et 2 de leurs amis : « Nous avons pu observer tous les 4 une boule de feu lumineuse dans les tons bleu-jaune-rouge. Puis elle se transforme presque instantanément en un objet volant métallique, brillant, elliptique, avec 2 projecteurs extrêmement clairs ». Un des rapports les plus pertinents nous vient d’Hugo Ruoss et d’Annelies Kessler, qui ont pu contempler pendant plus d’une demi-heure un ‘ballet de boules lumineuses’ dans le ciel d’Horgenberg : « Vers 14h50, nous avons vu 4 étoiles lumineuses qui se déplaçaient en partie l’une au-dessus de l’autre, puis en haut et en bas, et se séparaient à nouveau.(...) Soudain, un triangle est apparu, puis l’objet le plus haut s’est déplacé vers le bas et a formé une ligne horizontale avec les autres, comme la ceinture de la constellation d’Orion. Les objets lumineux ont bougé pour former un triangle et d’autres figures géométriques. Alors, un grand objet irradiant s’est élevé à droite au-dessus d’un cumulus. Il surpassait en taille et en luminosité les points lumineux vus jusqu’ici et avait l’air d’un large ovale ». 



Les rapports confidentiels de la compagnie SwissAir... 


 





9 août 1997 : 2 pilotes de la compagnie aérienne Swissair volent en direction Zurich à bord d’un Boeing 747. Vers 17h10, un OVNI fonce droit sur eux et frôle l’avion avant de disparaître. Choqué, les pilotes notent l’incident dans un procès-verbal : l’objet était blanc, sans ailes, de forme allongée ou ovoïde. Témoins particulièrement crédibles en tant que professionnels du transport aérien, les 2 pilotes se verront pourtant confrontés à une explication officielle plus que douteuse : ils s seraient en fait retrouvés nez à nez avec... un ballon sonde ! De multiples cas de rencontres avec un OVNI figurent dans les rapports confidentiels de cette compagnie suisse, tel ce cas très bien documenté du 14 avril 1977 impliquant un équipage de Swissair près du Luxembourg. Le pilote, Hans-Georg Schmid, présente un dossier complet dans son rapport interne : « Tout à coup, je vis un éclair de lumière devant nous. Peut après, le capitaine S, l’hôtesse présente et moi-même vîmes droit devant un nouvel éclair de lumière au loin. Selon le contrôle radar, l’écho resta dans sa position un bref instant, se déplaça ensuite à une très vive allure vers le nord, et apparut de nouveau sur l’écran, toujours sans contact visuel. Un peu plus tard, la tour de contrôle nous fit savoir que l’écho s’était déplacé vers le sud et avait semblé ‘jouer’ avec nous, derrière nous et à l’est de notre aile droite. Entre-temps la tour fut en contact avec une station radar militaire : on estimait la vitesse maximale de l’objet à 4 à 5 fois la vitesse du son ! ». Au cours des 30 dernières années, plusieurs autres pilotes de la compagnie aérienne suisse ont fait parvenir ce genre de rapports, sans qu’aucune explication plausible ne soit avancée... 


... et le ras-le-bol des pilotes
Face aux tentatives de désinformation les plus ridicules, certains pilotes sont courroucés de voir que les sceptiques accordent si peu d’importance à leurs précieux témoignages. Dès 1952, le pilote professionnel William Nash se plaignait avec véhémence du peu de respect et de crédibilité accordés aux pilotes témoins d’un phénomène OVNI. Il adressa donc ces quelques mots à l’attention directe des sceptiques et des adeptes du débunking : « Quant à votre opinion sur les pilotes de ligne, vous supposez qu’ils laissent libre cours à leur imagination débridée, qu’ils se laissent facilement tromper parce qu’ils voient. Non Sir ! L’art et la manière dont nous faisons voler des avions valant des millions, que nous pilotons d’un aéroport à l’autre, n’est pas fondée sur des hypothèses ou des estimations. Nous devons évaluer et contrôler. Nous passons mensuellement 120 heures en l’air, et c’est pourquoi nous comptons parmi les observateurs les plus expérimentés des choses que nous voyons du cockpit de nos avions. Ne pouvez-vous pas vous représenter que nous avons vu et étudié des milliers de réflexions ? Ne pensez-vous pas que nous avons vu des milliers de météorites ? Pensez-vous que nous ne sommes pas à même de reconnaître des réflexions sur un avion conventionnel ? Et que nous n’avons jamais vu d’aurores boréales ? Vous expliquez que nous serions trop surexcités par ce que nous voyons pour effectuer les vérifications scientifiques les plus élémentaires. J’insiste : les pilotes ne s’énervent pas si facilement, autrement ils ne seraient plus pilotes ! ». 


Accepter l’incroyable réalité...
L’auteur a donc réussi à réunir une documentation extrêmement riche sur les cas OVNI en Suisse : rapports sans ambiguïté de membres de l’armée helvète, observations consignées de plusieurs pilotes de la compagnie aérienne Swissair, et une multitude de témoignages pertinents de centaines de citoyens lambda ; la Suisse n’échappe pas au phénomène OVNI !
 Luc Bürgin déplore en conséquence que, comme chez ses voisins européens, la solidité des éléments réunis sur le territoire suisse ne suffise pas à provoquer l’acceptation officielle du phénomène. Un scepticisme profond et forcé qui s’explique, selon l’auteur, par un problème d’acceptation d’une réalité qui nous dépasse : « Je l’affirme : l’existence du phénomène OVNI ne peut être définitivement prouvée et comprise que si elle se trouve en accord avec nos représentations du possible. L’être humain peut être disposé à l’accepter uniquement s’il est en mesure de le concevoir et de l’interpréter en conséquence. Jusque-là, nous devons nous contenter d’être témoins d’un spectacle céleste qui officiellement n’existe pas. Un spectacle que ne prend en considération aucune de nos connaissances scientifiques, opère indépendamment de l’espace et du temps, et se manifeste tantôt ici, tantôt là, selon l’envie et l’humeur du moment ».
Et pour le moment, amis passionnés d’ufologie, il faut bien faire avec... 



 
Chasse à l’OVNI en Suisse 




A force de patience et d’obstination, l’auteur a réussi à compiler 3 cas de course-poursuite entre des objets volants non-identifiés et des avions de chasse de l’armée helvète : 



* 1967 : des pilotes de la surveillance signalent un grand objet en forme de sphère qui brille de toutes les couleurs et flotte dans l’air sans bouger. Les capacités des avions de l’époque ne permettent pas d’atteindre l’OVNI, localisé à 10 000 mètres d’altitude. 



 




* 1980 : un OVNI est repéré sur les radars à 12 000 mètres d’altitude. Un avion de combat se dirige vers la cible et le radar de bord enregistre également l’écho de l’objet. Au moment où le pilote établit le contact visuel et approche de l’OVNI, celui-ci disparaît dans une accélération fulgurante en direction de l’Autriche. Explication officielle : un ballon-sonde ! 



*1992 : les radars localisent plusieurs objets volants dans la région alpine de Suisse centrale. En quelques secondes, les engins effectuent des montées et des descentes de plusieurs milliers de mètres. Des pilotes militaires en manoeuvre dans la zone aperçoivent des boules lumineuses qui s’approchent de leurs appareils. Les OVNI  sécrètent des substances filandreuses et semblent être capables de fusionner entre eux, changeant de forme à plusieurs reprises.Les pilotes suisses sont alors rejoint par un avion de... l’US Navy ! 




Revenir en haut
D'ailes Fines
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 3 Déc - 11:02 (2009)    Sujet du message: Ufologie, OVNI, extraterrestres Répondre en citant

A la Une aujourd'hui dans Mondeinconnu.com  


  


Un mystérieux ballon dirigeable futuriste parcourant le ciel de l’Amérique profonde en un temps où il n’aurait pas dû s’y trouver et ce, sous les yeux écarquillés des témoins au sol ! Tel est de prime abord le défi lancé par l’Airship à l’Histoire, avec ce dirigeable dont les performances dépassaient largement celles enregistrées même en Europe, très en avance à l’époque. Il s’agit là aussi de la première vague d’objets volants non identifiés (OVNI), où tous les ingrédients des observations ufologiques plus modernes figurent déjà… jusqu’à que l’activisme des sceptiques négateurs, qui firent tout leur possible pour banaliser le mystère. Retour à la fin du 19ème siècle avec le Monde Inconnu.  

 

Chronologie du mystère OVNI de l'Airship  



« Sous l’Airship est souvent signalée une cabine, grande nacelle à verrière, laquelle est violemment éclairée de l’intérieur ce qui permet de distinguer… de mystérieux passagers »   





« Le mystère de l’Airship fut-il induit par les écrits de Jules Verne ? Les analogies entre l’engin non identifié et l’Albatros, cet « oiseau mécanique mu à l’électricité », ne laissent pas d’intriguer »  


Tout commence dans la nuit du 17 novembre 1896 : le ciel du nord de la Californie est traversé par une lumière étrange et mystérieuse comparée à « une lampe à arc » ; le ‘Sacramento Evening Bee’ rapporte que des centaines de témoins l’ont vu passer à basse altitude, comme « pilotée ». La vague du phénomène OVNI est ainsi lancée en même temps que la ‘saga  de l’Airship’. Pendant toute la fin du mois de novembre et jusqu’au 15 décembre, des observations permettront de suivre la zone de déplacement du phénomène qui remonte la côte Est du Pacifique jusqu’à l’Etat de Washington… soit plus de 1000 kilomètres ! Après une absence de 3 mois, l’Airship réapparaît fin janvier 1897, plus à l’Est, en plein cœur du Midwest. Il survole tout d’abord le Nebraska, puis le Kansas, le Colorado, poussant jusqu’en Virginie. Le 9 avril 1897, il est vu au-dessus de Chicago, en Illinois, puis visite l’Ohio, l’Iowa, l’Indiana, remonte dans le Wisconsin et le Nord Dakota pour finalement gagner le Texas. Plus de 20 Etats sont ainsi survolés par cet OVNI du passé et il y a des milliers de témoins ; 80 à 90 % des observations du phénomène OVNI sont nocturnes. Un seul engin tourne-t-il ainsi de façon erratique au-dessus du sol américain, ou bien sont-ils plusieurs objets non identifiés du même type ? À partir de mai  1897, le mystérieux OVNI disparaîtra définitivement sans laisser la moindre trace… sauf dans les souvenirs des témoins et les archives des journaux.  



  

                                             -> Ci-dessus, une reconstitution graphique d'aujourd'hui d'après les témoignages relevés à l'époque.



 
Portrait-robot de l’ovni  




La forme prédominante qui se cache derrière les lumières et apparaît comme « un aérostat sombre » est qualifiée de « cigare volant », comme les OVNI contemporain, avec un certain nombre de variantes dont certaines singulièrement troublantes (« une barque volante en forme de torpille », selon le Detroit Free Press). La taille de l'OVNI est ainsi évaluée entre 3 et 90 mètres ! Parfois, des ailes qui « battent comme celles d’un oiseau » sont remarquées sur l’engin. D’autres fois, ce sont des propulseurs en forme de roues ou de « ventilateurs » qui semblent assurer le déplacement de l’engin à une vitesse estimée de 300 Km/h, et à une altitude jugée très basse. La progression de l’objet non identifié est décrite comme « sinueuse, ondulante et oscillante » horizontalement et verticalement, comme sous l’effet d’une forte houle. Sous l’Airship est souvent signalée une cabine, laquelle - la plupart du temps - est violemment éclairée de l’intérieur ce qui permet de distinguer… de mystérieux passagers à l'apparence plutôt extraterrestre. D’autres lumières clignotantes colorées – rouges, blanches et vertes – sont rapportées. Le 11 avril 1897, une photo de l’engin est même prise et reproduite le lendemain par le Chicago Times-Herald. Le dessin ci-contre a été réalisé à partir du cliché original.  



  



 -->Gravure parue le 12 avril 1897 dans le ChicagoTimes-Herald  





Le mystère OVNI redécouvert


Un émoi naturel
À l’époque, la couverture médiatique de ce phénomène étrange est considérable : on recensera ultérieurement plusieurs milliers de coupures de presse relatives à l’OVNI, la plupart issues des petits journaux locaux. Mais qu’est-ce qui incite ainsi la presse américaine, en cette fin du 19ème siècle, à monter en épingle l’odyssée d’un ou plusieurs ballons dirigeables ? Les avis sont partagés sur la question, mais il faut reconnaître le fait avéré qu’à cette époque, la technologie n’existait pas en Amérique pour propulser ainsi un tel objet volant dans les airs, et encore moins de nuit. Le grand historien de l’aéronautique Charles Gibbs Smith mettra toute sa notoriété pour dire, plus tard, « qu’aucun engin tel que décrit par les témoins, ne pouvait voler en ce temps-là en Amérique » Il ne pouvait être issu que d'une technologie avancée, certainement extraterrestre.  




  

Le mystère redécouvert
Une fois de plus, c’est encore l’iconoclaste Charles Fort qui sauva le phénomène OVNI  de l’oubli – la meilleure manière de résoudre les mystères – en lui consacrant une centaine de lignes dans son œuvre de 1000 pages. Le major Donald E. Keyhoe, lui, y fit une courte allusion dans son livre culte « Les Soucoupes Volantes existent », publié en 1951. Ce fut suffisant pour éveiller l’attention des ufologues modernes et permettre, plus de 50 ans après, de remonter aux sources et d’y découvrir un certain nombre de détails que, curieusement, avaient omis de mentionner ces deux pionniers. Comme ce fameux bruit de moteur rapporté répétitivement, qui rappelle plus le ronflement ou sifflement d’un moteur électrique que celui d’une machine à vapeur (seule disponible à l’époque). À Sisterville, en Virginie, l'OVNI fut précédé d’un bruit de scierie. On a vu qu’à distance de l’engin volant non identifié, certains témoins ont distingué des personnages étranges. Parfois, ces étranges passagers sont remarqués assis.  Leur voix parvient quelquefois jusqu’au sol, et la langue qu’ils parlent n’est pas reconnue ni comprise par les témoins. Les passagers rient comme s’ils s’amusaient beaucoup et même jouent de la musique (il n’y avait pas de radio en 1897 !).  



Atterrissages et rencontres OVNI constatés par plusieurs témoins  


L’ OVNI n’est pas toujours vu en l’air ; à maintes reprises (une trentaine de fois, selon un spécialiste), il est aperçu posé au sol (au Kansas, au Michigan, en Illinois…). Les correspondants de presse ‘yankees’ l’attestent dans de nombreuses feuilles obscures rapportant les incroyables témoignages d’habitants jugés crédibles. Ainsi le 21 avril 1897, un ancien sénateur de l’Arkansas est réveillé à 1 heure du matin par un bruit bizarre ; il découvre l'OVNI se balançant juste au-dessus de son gazon et pompant de l’eau dans son puits. À Rockland, Texas, J.M. Barclay observe l’engin posé au sol dans une pâture… L’équipage  n’a pas abandonné le navire ; au contraire, il est descendu pour se dégourdir les jambes ou bien pour se ravitailler.  



  


Rencontres rapprochées
Si l’on en croit les documents d’époque du phénomène extraterrestre, contrairement aux occupants des soucoupes des années 1950 prompts à regagner leur engin dès que surpris à terre, les « pilotes » de l’Airship ne fuirent pas le contact avec les autochtones du Midwest. C’est ainsi que certains reconnurent qui des hommes, des femmes, des enfants, un chien, un géant, un être à longue barbe, un vieillard mais aussi un être très certainement d'origine extraterrestre ! Souvent, le conducteur se présente comme « un mortel ordinaire » tombé en rade et demandant de l’aide. À Springfield, le 16 avril, dans le Missouri, c’est un couple nu à longues chevelure et barbe. En général, les aéronautes sont décrits « comme des Américains normaux bon teint », au comportement amical, mais il y eut aussi des descriptions plus exotiques. À plusieurs reprises, le commandant de bord de l’étrange aéronef se dit en route vers Cuba (la guerre d’indépendance y sévissait), emportant là-bas des tonnes de munitions et parfois un canon !  






L'inventeur secret et les premiers ... enlèvements !  


  




La théorie de l’inventeur secret
D’autres fois, l’aéronaute se présente comme l’inventeur génial du dirigeable, lequel va bientôt révolutionner les voyages et les transports. Et de ne pas cacher sa profession (un cordonnier selon le San Francisco Chronicle du 27 novembre 1896), un mécanicien, un bricoleur… L’inventeur, qui souvent se nomme lui-même Mr Wilson, vante les performances de son appareil et confie qu’en 20 ans, il a accumulé assez d’argent pour réaliser son œuvre et la tester pendant la nuit. « Bientôt, je pourrai visiter la planète Mars », ajoute-t-il. Inutile de préciser qu’aucun Wilson ne figure au Patent Office (bureau des brevets US) en ces années-là… D’ailleurs ceux qui prendront un brevet en cette période – certes ils seront nombreux, ce qui ajoute à la confusion – officiellement, ne se lanceront jamais dans la construction. Historiquement, Thomas Baldwin fut le premier aérostatier de cette région en 1904. Un autre occupant de l’Airship attribue le succès de sa réalisation à un mystérieux gaz baptisé « NB » qui a pour propriété « d’inverser le poids » et dont serait rempli le ballon.
  


Les premiers « enlèvements »
Certains témoins sont parfois conviés à monter à bord de la machine et à effectuer une brève excursion aérienne. Par exemple, le 14 avril, à Union Station, dans l’Iowa, plusieurs personnes invitées à bord signent un affidavit attestant le vol. Parfois l’excursion se fait de force, comme, par exemple le 29 mars, à Omaha (Nebraska), quand un fermier est « accroché » par l’Airship et soulevé du sol. Nous voilà avec tous les ingrédients qui, à l’époque, firent monter la mayonnaise. Au point d’alimenter une véritable hystérie médiatique. 100 ans après, nous allons passer en revue les tentatives d’explication et tâcher de trouver la bonne.
  
 

Des hypothèses multiples
Parmi les diverses théories avancées, y en a-t-il une qui permette de trancher ? Évacuons définitivement la thèse la plus naturelle, celle de l’inventeur isolé testant in situ et incognito l’objet de son ingéniosité. Et plutôt que d’émettre une opinion peu autorisée par-dessus un siècle, référons-nous à l’avis éclairé du plus génial contemporain de l’époque : Thomas Edison, l’homme aux 1000 brevets. Interrogé le 19 avril 1897, concernant une lettre soi-disant tombée de l’Airship, il déclara : « C’est absolument absurde d’imaginer qu’un homme construirait un tel objet volant et garderait la chose secrète ». Je m’en remettrai donc à cette impossibilité, d’autant qu’ultérieurement, personne ne revendiqua la propriété de l’Airship, qui disparut définitivement du ciel américain pour réapparaître en Angleterre, Australie et Nouvelle-Zélande en 1909, en Afrique du Sud en 1914 et plus tard, en France avec des descriptions similaires.
  



Et si ce phénomène OVNI n'était qu'un canular bien orchestré ?  


Passons alors à la négation pure et simple de l’objectivité de ce phénomène OVNI. A-t-il pu être le fruit d’un canular ou d’une hallucination ? L’envie de se voir cité par les journaux a-t-il incité les Américains à inventer intégralement cette histoire mystérieuse basée sur un phénomène étrange ? Sont-ce les correspondants provinciaux US qui, las de colporter des faits-divers banals, imaginèrent cette hsitoire OVNI pour gagner un peu de notoriété, aidés par des clubs de menteurs très en vogue à l’époque ? Ce fut certainement le cas pour des rapports suspects à Chicago, dans le Wisconsin, dans l’Indiana, l’Iowa où des fabrications patentes furent reconnues… notamment le 1er avril. Mais ailleurs et les autres jours ? On parla aussi de l’œuvre facétieuse de télégraphistes des chemins de fer, incités par l’ennui à monter des histoires et les colporter sur les lignes. Là aussi, contribution marginale s’il en fut.  



  



Les témoins abusés ?
Toute la gamme des phénomènes naturels et artificiels qui auraient pu tromper les témoins fut aussi envisagée : étoile (Alpha Orionis selon le Professeur Hough de Evanston, Betelgeuse selon l’astronome Koenig...), comète, la planète Vénus... Un journaliste objecta avec pertinence que Alpha Orionis existait depuis 10 millions d’années ; pourquoi donc, brusquement, aurait-elle été prise pour le phare de proue d’un mystérieux OVNI ? Météores, plasma, foudre en boule, tout y passa. N’était-ce pas plutôt des réflexions sur les nuages de lumières basées au sol (ignis fatuus ?), ou des mirages produits par l’air chaud ? Plus terre-à-terre, on suggéra que l'OVNI transportait une bande de gangsters qui ainsi ratissait le sol pour trouver des lieux de pillage ! La pub aussi servit de bouc-émissaire : l’Airship ne pouvait être qu’un « truc publicitaire ». Le gouvernement US ne coupa pas aux soupçons avec un projet gouvernemental secret. Alors pourquoi le dirigeable Akron de l’US Navy se traîna-t-il à 120 Km/h seulement en 1931 ?  



Un OVNI, vous dis-je !  



  
L’influence de la science-fiction ?

Et puis, il y avait Jules Verne ! Le mystère de l'OVNI fut-il induit par ses récits ? En effet, les analogies entre l’engin volant non identifié et l’Albatros, cet « oiseau mécanique mu à l’électricité » de Robur le Conquérant, ne laissent pas d’intriguer. Lui aussi traverse le continent américain d’est en ouest à une vitesse pouvant atteindre 200 Km/h. Lui aussi distille de la musique, notamment un bruit de fanfare produit par la trompette du second de l’équipage. Ses fanaux de nuit balayent le sol. La traduction du livre et sa suite, « Maître du Monde », furent publiées en Amérique en 1887. Les Américains voyaient-ils dans leur ciel l’engin de fiction décrit par un grand écrivain français ? La science fiction influence-t-elle ce que l’on voit dans le ciel ?
  









Un ovni, vous dis-je !
Reste alors la seule alternative : l’Airship était un ovni. Oh pas une soucoupe volante, les différences sont évidentes (forme, lumière intérieure, pas silencieux, occupants bruyants). Je suis beaucoup plus enclin à envisager que le phénomène ovni s’adapte aux époques qu’il traverse et se reflète à travers les préoccupations des témoins (on appelle ça le « mimétisme »). À ce titre, et nonobstant le caractère folklorique de phénomène étrange, l’Airship semblait donc être donc un précurseur des ovnis et c’est donc dans cette catégorie que je le rangerai aussi longtemps que je n’aurai pas mieux à proposer !









Revenir en haut
D'ailes Fines
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 9 Déc - 11:43 (2009)    Sujet du message: Ufologie, OVNI, extraterrestres Répondre en citant

Les OVNI sont-ils des machines à remonter le temps ? 



En d'autres termes, les conducteurs des soucoupes volantes sont-ils, non pas des extraterrestres venus d’ailleurs, mais nos descendants? A savoir, des Terriens du futur, des « terrestres extra-temporels » ayant maîtrisé la technique du voyage dans le temps et venant visiter leur passé. Ainsi les « maîtres des soucoupes » ne seraient ni des astronautes, ni des spationautes, mais des chrononautes. À l’heure où 2008 est annoncée comme l’année zéro du voyage dans le temps, cette possibilité ne manque pas d’un regain d’intérêt.






 






Une intuition française 





Cette alternative à l'hypothèse extraterrestre, pour élucider les énigme « agaçantes » des ovnis, est aujourd’hui en plein dans l’air du temps. Il est vrai qu'elle est extrêmement séduisante et féconde et paraît, comme par magie, résoudre nombre de caractéristiques mal comprises du comportement des ovnis. Au point de se demander pourquoi elle n’a pas plus de succès ! Qui donc a eu cette géniale intuition, du moins en France, de ne pas faire arriver ces formes soucoupiques d'une trop lointaine planète inobservable, donc inaccessible, ni surgir d'un inconscient collectif plutôt abstrus? C'est un ufologue français disparu : René Fouéré (1904-1990), fondateur du GEPA1/ ; il fut l'un de ces ufologues qui ne se contentaient pas de collationner les données mais tentèrent de rationaliser le phénomène. Figurent à ce panthéon, A. Michel, J. A. Hynek... Dans son bulletin du GEPA « Phénomènes spatiaux » n°8 de juin 1966, R. Fouéré posait la question : « Les ovnis seraient-ils des revenants du futur ? » Et de parler carrément de « machines2/ » que nous apercevons (dans le ciel) « qui n'auraient pas besoin d'être en mesure de traverser des distances se mesurant en années-lumière et pourraient être des véhicules à portée restreinte à usage purement terrestre, mais capables de descendre ou de remonter l'échelle du temps ». 




La réponse à toutes les questions 





 



Ainsi, le premier problème résolu en remplaçant par les vaisseaux spatiaux par des machine à remonter le temps serait celui de la distance incommensurable à parcourir pour venir jusqu’à nous par des voyageurs galactiques voire extragalactiques. Parmi les autres questions auxquelles l’hypothèse temporelle fournirait « une élégante solution » il y aurait l'aspect humanoïde des conducteurs d'ovnis si contestée par les sceptiques et les exobiologistes pour qui la vie dans l’Univers doit être diverse et variée. Dans le cadre « temporel », leur petitesse corporelle, assortie à une grosse tête, serait symptomatique de ce qu’ils sont (à une date ultérieure indéterminée mais tout de même lointaine tant la notion de machine temporelle semble encore loin de ce qui se prépare en 2008 dans l’accélérateur de particule (LHC) de Genève), préfigurerait ce à quoi ressemblera la race humaine (évolution naturelle ou artificielle) dans quelques millions d'années, quand elle aura opéré une sorte de foetalisation régressive. On évacuerait aussi le problème du trop grand nombre d'observations - une exploration spatiale envisage plutôt un débarquement en bonne et due forme que des incursions sporadiques étalées sur plus d’un demi-siècle voire beaucoup plus - les visiteurs pouvant provenir de différentes époques du futur. L’intérêt persistant des chrononautes pour la Terre – parmi les autres exoplanètes – s’expliquerait facilement par le fait qu’elle a été le berceau de leur propre espèce ! Plus de problème de langue non plus. Quoi d'étonnant à ce que les explorateurs français du futur fréquentent la France à une époque reculée pour eux, actuelle pour nous, et s’expriment dans notre propre langue ? Quant aux apparitions/disparitions subites d'ovnis, comme s'ils se matérialisaient ou dématérialisaient, ce serait justement au moment où ils basculent dans un autre temps, dans un sens ou dans l'autre, à l'aller ou au retour, que se produirait le phénomène ; ce qui n’affecterait en rien une certaine « matérialité » des ovnis et de leurs occupants (traces, effets sur l’environnement etc.) De même le problème des ovnis du passé interprété dans le cadre de la thèse des « anciens astronautes en visite sur terre et semblant avoir marqué, voire orienté, les civilisations anciennes, pourrait être vu dans le cadre d’une sorte d’ « amplificateur culturel à réaction positive, le futur s’agrandissant lui-même par réinjection dans le passé de fragments de son acquis » (sic, R. Fouéré). 




Le voyage temporel déjà réglementé ! 



 






 
L’Américain Marc Davenport dans un livre beaucoup plus récent, ajoute à ces réponses apportées par l’hypothèse temporelle de l’origine des ovnis celle des enlèvements (abductions). La preuve : les nombreuses expériences de temps manquant rapportés par les victimes de ce qui apparaît comme des kidnapping mais qui, en fait, ne serait que des « prélèvements » engagés dans le processus d’amélioration rétroctive de l’espèce humaine. S’appuyant sur la notion de « warp drive », jadis réservée à la série TV « Star Trek » et maintenant largement débattue scientifiquement4/, même à la NASA, pour envisager des véhicules spatiaux usant d’un moteur « à distorsion » où la notion de déplacement est remplacée par la capacité du vaisseau de « replier » l’espace-temps en le contractant devant lui et l’ « expansant » derrière (de la sorte on pourrait atteindre jusqu’à 1000 fois la vitesse de la lumière), M. Davenport implique l’émission d’énormes quantités de radiations électromagnétiques inhérente à ce mode de propulsion qui remonte le temps aux interférences des ovnis avec les moteurs d’automobiles, les perturbations électriques et mécaniques, la paralysie des témoins et des animaux, ainsi que les troubles de perception sensorielles. L'hypothèse « extra-temporelle » donnerait également un fondement inespéré à la politique de « non interférence » que pratiquent sans discontinuer les ovnis et leurs occupants; c'est à dire un refus systématique du contact, une discrétion non démentie jugée suspecte de la part d'extraterrestres supérieurs voire conquérants. Une timidité en tout cas totalement incompréhensible de la part de visiteurs spatiaux engagés dans une phase de colonisation du cosmos. En effet, l’immixion de visiteurs venus du futur au sein même de leur propre passé leur imposerait certaines régles très sévères sous peine de catastrophes pouvant aboutir paradoxalement à leur propre anéantissement. La pénétration temporelle, ainsi dirigée vers le passé, devrait être drastiquement réglementée sous peine de voir la moindre modification du cours de l'histoire passée venir perturber même subtilement le cours des choses. René Fouéré n'était certes pas homme à s'octroyer comme ça la paternité de l'idée des ovnis en provenance du futur. Honnêtement, il citait plusieurs articles la concernant parus dans la célèbre « Flying Saucer Review » britannique en 1963 et 1964 et dans le Bulletin de la BUFORA, en 1966. En France, il en concédait modestement la primauté à Aimé Michel qui, lui-même, avait attribué à un dénommé « Capitaine C… » une première allusion à l’origine possiblement temporelle des ovnis : les ovnis ne sont rien d’autre « que l’humanité future visitant son passé ». Quant à sa propre réflexion, il avouait qu'elle lui avait été inspirée par un texte de science fiction de l'écrivain-poète américain Ray Bradbury : une nouvelle tirée de son recueil : « Les pommes d’or du Soleil » publié chez Denoël décrivant une chasse aux dinosaures. Ainsi, les conducteurs d'ovnis ne veulent-ils pas infléchir le cours de notre évolution dans un sens qui les empêcheraient, eux, d'inventer la machine à temps grâce à laquelle ils nous visitent et qui pourrait nous influencer ? D’où leurs grandes précautions à nous aborder.


 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:48 (2017)    Sujet du message: Ufologie, OVNI, extraterrestres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    De l'aube à l'aurore Index du Forum -> AMBIANCE SURNATURELLE -> AMBIANCE SURNATURELLE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com