De l'aube à l'aurore Index du Forum
De l'aube à l'aurore Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

les prioritaires au vaccin H1N1

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    De l'aube à l'aurore Index du Forum -> VOS MESSAGES -> QUESTIONS D ACTUALITE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Desir
Modératrice générale
Modératrice générale

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2008
Messages: 185
TITRE: ~~Imil Itae Melech~~
Féminin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
虎 Tigre
Point(s): 503
Moyenne de points: 2,72
RACE ou PROFESSION: elfe
élément: Feu
ALIGNEMENT: Bon
MAGIE:
MOTIVATIONS: détruire le mal

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 10:32 (2009)    Sujet du message: les prioritaires au vaccin H1N1 Répondre en citant



Les personnels de santé et les femmes enceintes seront prioritaires pour le vaccin H1N1



  


Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a publié, jeudi 10 septembre, la liste des personnes prioritaires pour le vaccin H1N1. Les personnels de santé et de secours, les femmes enceintes, l'entourage des nourrissons et les bébés de moins de 2 ans avec facteur de risque, seront les premiers vaccinés.

  
En outre, le HCSP indique que le vaccin contre la grippe H1N1 doit être administré en deux doses, sauf dans des cas particuliers où des vaccins monodoses pourront être utilisés. L'avis a été remis au début de la semaine au ministère de la santé.  
  
"Ceux qui sont amenés à être en contact fréquent et étroit avec des malades grippés ou porteurs de facteurs de risque" sont prioritaires, indique le HCSP. Cela concerne les personnels de santé, médico-sociaux et de secours.
  

  

  
  

  
Viennent ensuite les femmes enceintes "à partir du début du deuxième trimestre" de grossesse, puis l'entourage des nourrissons de moins de 6 mois, les enfants de 6-23 mois avec facteur de risque, notamment ceux atteints de pathologies chroniques sévères.  
  
Viennent derrière, dans l'ordre, les personnes de 2 à 64 ans avec facteur de risque, puis les moins de 2 ans sans facteur de risque, les plus de 65 ans avec facteur de risque, les jeunes de 2 à 18 ans sans facteur de risque, et enfin les plus de 19 ans sans facteur de risque.  

  
  
L'utilisation d'un vaccin avec adjuvant n'est pas recommandée pour les personnes immunodéprimées et les enfants de moins de 2 ans sans facteur de risque. Il ne doit être utilisé pour les enfants de moins de 2 ans avec facteur de risque et les femmes enceintes que s'il n'y a pas de vaccin sans adjuvant.  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 10:32 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Desir
Modératrice générale
Modératrice générale

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2008
Messages: 185
TITRE: ~~Imil Itae Melech~~
Féminin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
虎 Tigre
Point(s): 503
Moyenne de points: 2,72
RACE ou PROFESSION: elfe
élément: Feu
ALIGNEMENT: Bon
MAGIE:
MOTIVATIONS: détruire le mal

MessagePosté le: Jeu 10 Sep - 10:43 (2009)    Sujet du message: Grippe A, la première classe touchée Répondre en citant


 Grippe A, la première classe touchée



Il aura fallu moins d’une semaine à la grippe A pour s’infiltrer dans les écoles parisiennes… Six jours après la rentrée des classes, une vingtaine d’élèves de CM 2 vont déjà devoir quitter leurs camarades et instituteur. Après la découverte de trois cas de grippe A dans une école primaire située au pied de la butte Montmartre (XVIII e ) rue du Mont-Cenis, la préfecture de Paris a décidé de fermer la classe CM 2 B pendant une semaine.

« Une fermeture provisoire par mesure de prévention et afin d’interrompre la chaîne de transmission du virus, détaille le préfet de Paris. La réouverture de cette classe est prévue le jeudi 17 septembre. » D’ici là, les trois enfants seront suivis par leur médecin traitant à domicile. Dans cette même école, deux autres cas ont été détectés en CM 1 et en CP. Ces classes vont néanmoins rester ouvertes car il s’agit pour l’instant de cas isolés.

Des cours en ligne


Mais tous ces élèves, malades ou sains, ne sont pas pour autant en vacances. La directrice de l’établissement a indiqué hier qu’elle avait mis des cours en ligne pour leur permettre de continuer le programme…
L’information aux autres parents sera donnée en direct ce matin à l’entrée de l’école. « Il ne devrait pas y avoir trop de scènes de panique, pronostique Philippe Darriulat, l’adjoint en charge des affaires scolaires à la mairie du XVIII e arrondissement, qui s’est rendu sur place dès hier.
  
Mercredi, nous avons déjà dû fermer le centre de loisirs et expliquer que des cas de grippe A avaient été détectés dans l’école. Les parents ne se sont pas montrés trop inquiets… »
Au contraire même !

« Certains ont même considéré que fermer le centre de loisirs était exagéré, poursuit l’adjoint. En mai dernier, à l’école Belliard, lorsqu’il y avait eu des suspicions de cas, l’inquiétude était bien plus grande. »

Tout comme dans le XV e en juin, où 24 élèves de deux écoles avaient été atteints par la maladie.
Pour limiter la propagation du virus H1N1, Bertrand Delanoë a annoncé la semaine dernière avoir investi un peu plus de 1 million d’euros pour équiper les 660 écoles primaires et les 111 collèges parisiens de savon liquide, de distributeurs de serviettes en papier et de poubelles… Ce budget, débloqué en juin par la mairie, a également servi à l’achat de masques pour les quelque 7 400 employés municipaux qui interviennent dans les établissements scolaires, comme les assistantes en maternelle, les techniciens…


Voici une vidéo


  


Revenir en haut
Desir
Modératrice générale
Modératrice générale

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2008
Messages: 185
TITRE: ~~Imil Itae Melech~~
Féminin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
虎 Tigre
Point(s): 503
Moyenne de points: 2,72
RACE ou PROFESSION: elfe
élément: Feu
ALIGNEMENT: Bon
MAGIE:
MOTIVATIONS: détruire le mal

MessagePosté le: Mer 16 Sep - 12:55 (2009)    Sujet du message: Le débat sur les effets secondaires du Tamiflu est relancé Répondre en citant


Le débat sur les effets secondaires du Tamiflu est relancé  

 
Le débat sur les effets secondaires possibles de type neuropsychiatrique du Tamiflu chez les jeunes patients est de nouveau relancé après la mort de deux adolescents japonais en février dernier.  

 
Une collégienne (le 16 février, à Gamagori) et un garçon (le 27 février, à Sendai), âgés tous les deux de 14 ans ont fait une chute mortelle depuis un étage élevé de leur immeuble d'habitation. L'hypothèse du suicide semble écartée. Les deux adolescents étaient soignés pour une grippe saisonnière par le Tamiflu (laboratoire Roche, molécule active: Oseltamivir). 
 


 
 
Ces décès viennent alimenter la thèse selon laquelle la prise de Tamiflu chez les enfants et jeunes adolescents pourrait provoquer des effets secondaires de type hallucinations, confusion mentale et comportement anormal, conduisant à des prises de décisions irrationnelles (dans ces derniers cas, enjamber la rambarde du balcon d'un immeuble). 
 


 
 
Les Japonais sont les plus gros consommateurs de Tamiflu au monde (environ 8,6 millions de personnes traitées par an), qu'ils utilisent comme traitement contre la grippe saisonnière depuis plusieurs années. C'est également au Japon que l'on recense le plus grand nombre de morts chez des patients traités par Tamiflu: selon le ministère de la Santé, au 31 octobre 2006, on compte 16 enfants de moins de 16 ans décédés accidentellement à la suite de comportements anormaux. 
 
 
 
Ces effets secondaires de type hallucinations, confusion mentale et comportement anormal sont reconnus et signalés sur la notice d'utilisation du Tamiflu. 
 
 
 
Cependant, la "Food and Drug Administration" américaine (FDA) a précisé en 2005 que, dans l'état des informations disponibles de pharmacovigilance, elle ne peut pas conclure qu'il y ait une relation de cause à effet entre les décès survenus chez des enfants japonais et la prise de Tamiflu. 
 
 
 
En effet, il semble que le nombre accru d'effets de nature neuropsychiatrique rapportés dans la population pédiatrique japonaise soit très probablement lié à trois facteurs majeurs: 
 
 
 
- la reconnaissance plus forte par les médecins japonais de l'encéphalite grippale, une complication de la grippe qui peut entraîner des hallucinations sévères, 
 


 - l'accès au traitement par le Tamiflu est devenu plus aisé pour les patients japonais; on peut ainsi supposer que si d'autres pays avaient une consommation similaire en quantité, le même genre d'effets secondaires pourrait être observé, 
 




 
 
- une politique spécifique des laboratoires Roche, allié une législation sanitaire plus stricte de pharmacovigilance a entraîné une surveillance accrue au Japon des patients traités par le Tamiflu. 
 


 
 
=Le Ministère de la Santé du Japon a lui aussi procédé l'année dernière, à une enquête portant sur 2800 enfants et n'a pas trouvé d'indications statistiques significatives liant les accidents neuropsychiatriques à une consommation de Tamiflu. 


 
 Le Ministre de la Santé YANASIGAWA a néanmoins pris en compte les récents événements et appelle la population à une utilisation contrôlée du médicament ; il recommande aussi aux parents de surveiller étroitement les enfants et adolescents traités par Tamiflu pour une grippe saisonnière. Il refuse pourtant d'envisager toute interdiction ou suspension du traitement.  


 
Après ces deux nouveaux cas, le ministère de la santé continue ses études de pharmacovigilance et une nouvelle enquête est en cours, qui portera elle sur près de 10 000 enfants. 
 






Revenir en haut
Desir
Modératrice générale
Modératrice générale

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2008
Messages: 185
TITRE: ~~Imil Itae Melech~~
Féminin
Signe du Zodiaque: Vierge (24aoû-22sep)
虎 Tigre
Point(s): 503
Moyenne de points: 2,72
RACE ou PROFESSION: elfe
élément: Feu
ALIGNEMENT: Bon
MAGIE:
MOTIVATIONS: détruire le mal

MessagePosté le: Mer 16 Sep - 14:29 (2009)    Sujet du message: DANGER DU VACCIN H1N1 !!!!! Répondre en citant

 










Danger confirmé du Vaccin H1N1, et gros profits à la clé !
envoyé par alizoh8 - L'info internationale vidéo.







 
 

 

 
La grippe A-H1N1 est une réalité qui entraîné une autre réalité, sa gestion étatique (et internationale, via oms etc.)

Sans développer ici toute la gestion sociale que tout "risque majeur" entraîne, juste un rapide tour d'horizon sur la façon dont cette même gestion s'opère autour du vaccin et de comment les diverses autorités considèrent les risques d'effets secondaires graves du vaccin... Hilarant... Qui a envie d'être vacciné? Pas moi...


 

 
La grippe A-H1N1 est une réalité qui entraîné une autre réalité, sa gestion étatique (et internationale, via oms etc.)  
Sans développer ici les aspects liés à la gestion sociale que tout "risque majeur" entraîne, juste un rapide tour d'horizon sur la façon dont cette même gestion s'opère autour du vaccin et de comment les diverses autorités considèrent les risques d'effets secondaires graves du vaccin... Hilarant... Qui a envie d'être vacciné? Pas moi... 
 


 
 
Source des infos données ci-dessous : http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccination-H1N1-refu....html 
 
________ 
 
Vaccination H1N1 : refus des infirmières anglaises 
 


 
 
1/3 des infirmières de NHS (National Health Service) en Grande Bretagne, faisant état d’inquiétudes concernant le lien du vaccin avec le Syndrome de Guillain-Barre et des désordres neurologiques, refusent de se faire vacciner contre le H1N1 








Vaccin H1N1 Tests courts circuités
envoyé par JaneBurgermeister - L'info internationale vidéo.

 


3 septembre 2009 
 
Etant donné la virulence limitée du virus H1N1, et les incertitudes sur les effets secondaires du vaccin, un sondage indique que 1/3 des infirmières anglaises du secteur public de santé NHS (National Health Service) refusent l’injection, estimant le bénéfice/risques insuffisant. 
 


 
 
Alors que les infirmières et les personnels soignants constituent le principal groupe ciblé pour la vaccination : 
 
seulement 37% d’entre eux ont dit qu’ils se feraient vacciner contre la grippe porcine selon un sondage du magazine Nursing Times 
 
30% ont dit qu’ils ne se feraient pas vacciner 
 
et 33 % ont dit qu’ils n’étaient pas sûres. 
 


 
 
Des 30% qui ont dit refuser de se faire vacciner, 60% ont dit que la raison en était la crainte de la dangerosité du vaccin : 
 
suite aux révélations concernant l’adjuvent, et le fait que les injections contenaient du mercure et du squalène 



 
et au risque de Syndrome Guillain-Barré, une polyradiculonévrite aiguë (atteinte de plusieurs racines de nerfs périphériques se traduisant par des paralysies plus ou moins étendues pouvant entraîner un handicap définitif). 
 


 
 
31% ont dit qu’ils refuseraient le vaccin parce qu’ils ne considéraient pas le risque présenté par la grippe H1N1 comme suffisamment important. 
 


 
 
A noter que moins d’une infirmière anglaise sur sept est vaccinée chaque année contre la grippe saisonnière. En France, 29 % des infirmières ont été vaccinées contre la grippe saisonnière en 2008. 
 


 
 


 
 
On retrouve aussi de fortes réticences à Hong Kong, où des chercheurs de l’Université de Hong Kong ont fait une étude sur un échantillon de 2.255 médecins et infirmières des hôpitaux publics : seulement 48% accepteraient de se faire vacciner, si le vaccin est fabriqué à partir d’une souche d’origine porcine. La proportion tombe même à 35% avec une souche d’origine aviaire. 
 


 
 
Détails : 
 


 
 
Une vaccination massive contre un virus relativement bénin avec un vaccin développé trop rapidement présente des risques. 
 


 
 
Le virus H5N1, responsable de la grippe aviaire, possédait une virulence très élevée (le taux de mortalité a atteint 60 %) couplée à une contagiosité chez les humains très faible (quelques milliers de cas sur l’ensemble de la planète). Le H1N1 est pratiquement l’inverse : il est très contagieux et faiblement agressif : en France, 2 décès de malades atteints de maladies chroniques graves et porteurs du virus A (H1N1) et 11 cas graves contre environ 2.000 morts français de la grippe saisonnière par an ! Selon l’INVS, au 25.08.09, 85 décès ont été rapportés en Europe depuis le début de l’épidémie dont 59 auRoyaume-Uni et 16 en Espagne. Source : http://www.invs.sante.fr/surveillan... 
 


 
 
Selon le comité interministériel de crise réuni jeudi 27 août 2009, pour faire le point sur l’épidémie de Grippe A : « Les inconnues subsistant encore concernent : la date de livraison des vaccins par les industriels, la date d’AMM ainsi que son périmètre (adultes, enfants, femmes enceintes…), la définition précise des personnes à risques et le taux de létalité du virus de la grippe A(H1N1). » 
 


 
 

 
 



Les décès lors d’une grippe saisonnière sont généralement liés à des décompensations de pathologies chroniques et des surinfections bactériennes, et que rien ne permet d’affirmer aujourd’hui que ces complications indirectes seront plus fréquentes avec la grippe A (H1N1). 
 


 
 
Risque de Syndrome Guillain-Barré SGB 
 


 
 
Le syndrome de Guillain et Barré est une sorte de paralysie ascendante qui débute aux membres inférieurs pour monter progressivement. Dans les formes graves elle peut se compliquer de paralysie des muscles respiratoires et la personne atteinte devra alors être placée sous respirateur artificiel. La paralysie peut être irréversible. 


 


 



 
Comment peut-on éviter une répétition des complications rencontrées en 1976 aux États-Unis d’Amérique avec le vaccin contre la grippe porcine ? 46 millions de personnes avaient été vaccinées, et environ 4.000 d’entre elles ont porté plainte par la suite pour effets secondaires graves. Selon l’OMS "Des études laissent à penser que la vaccination régulière contre la grippe saisonnière pourrait être associée à une augmentation du risque de syndrome de Guillain-Barré de l’ordre d’un à deux cas par million de personnes vaccinées. Pendant la campagne de vaccination antigrippale de 1976, ce risque a augmenté pour atteindre environ dix cas par million de personnes vaccinées, ce qui a conduit à un retrait du vaccin." Source : http://www.who.int/csr/disease/swin... 
 


 
 
Un vaccin contre la grippe porcine a de nouveau été associé à une augmentation du risque de SGB en 1993-1994. Les Américains avaient alors enregistré 74 cas de SGB en 1994, en forte hausse sur 1993 (37 cas). 
 


 
 
"Nous sommes tout à fait conscients du risque lié à la survenue de cas de Guillain-Barré chez les sujets vaccinés contre la grippe, explique Carmen Kreft-Jaïs, responsable de la pharmacovigilance à l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) dans un article du Monde du 20.08.09. Nous suivrons attentivement l’évolution du nombre de Guillain-Barré en cas de pandémie et de vaccination massive." 
 


 
 


 
 
Des procédures réglementaires spécifiques ont été conçues pour accélérer l’homologation des vaccins contre la grippe pandémique. Selon l’OMS, "des questions spécifiques, à propos de l’innocuité des vaccins contre une grippe pandémique, se posent inévitablement quand on commence à les administrer à grande échelle. Par exemple, des événements indésirables, trop rares pour être mis en évidence même au cours d’essais cliniques de grande ampleur, peuvent apparaître lorsque la vaccination concerne des populations très nombreuses. Toujours selon l’OMS, "par manque de temps, les données cliniques seront inévitablement limitées au moment où on commencera à administrer les vaccins contre la grippe pandémique. Les tests d’innocuité et d’efficacité devront donc se poursuivre après avoir commencé à les administrer". 
 


 
 
Pour toutes ces raisons, l’OMS conseille à tous les pays qui administreront des vaccins contre la grippe pandémique de surveiller attentivement leur innocuité et leur efficacité 
 


 
 


 
 
Problèmes de l’adjuvant du vaccin H1N1 
 


 
 
Un adjuvant est une substance chimique qui est utilisée pour rendre le vaccin plus efficace et qui peut permettre d’utiliser une dose d’antigènes plus faible. La question est de savoir l’impact que pourrait avoir un nouvel adjuvant sur les maladies auto-immunes qui sont justement causées par un dérèglement du système immunitaire. 
 


 
 
Un adjuvant, le AS03 utilisé pour le vaccin préparé par GlaxoSmithKline (GSK), permet d’utiliser de très faibles doses d’antigène, multipliant ainsi le nombre de doses possibles. Le système de surveillance qui sera en place devra garantir que les personnes qui ont une maladie auto-immune (diabète, hypothyroidie, arthrite, sclérose en plaques,etc) ne verront pas leur problèmes s’aggraver. 
 


 
 
Le vaccin H1N1 contient 10 fois moins d’antigène (pour accélerer la production, vu les quantités à produire rapidement) grace à la présence de l’adjuvant AS03, un amplificateur d’effet qui consiste en un mélange de squalène et de polysorbate. 
 



 
Un tel adjuvant n’a jamais été utilisé auparavant dans un vaccin commercialisé à large échelle, et peut donc déclancher des réactions immunitaires excessives et augmenter la probabilité et la fréquence d’effets secondaires rares, mais graves et dangereux, tels que le syndrome de Guillain-Barré. 


 


 

 
Les additifs et adjuvants peuvent influencer la sécurité des vaccins de façon complètement imprévisible, comme on l’a vu par exemple avec le vaccin anti-méningo-enchéphalite à tiques TICOVAC, qui a dû être retiré du marché en 2001, 14 mois à peine après son lancement, pour cause d’effets secondaires graves et fréquents. La composition du Ticovac ne différait de celle de son prédécesseur que par deux additifs qui ont été éliminés depuis : l’albumine et un conservateur contenant du mercure. En conséquence le produit est interdit en Allemagne, et en France la posologie a été réduite de moitié, et l’indication a été retirée chez les enfants de moins de 3 ans. (détails : http://www.has-sante.fr/portail/upl...) 
 


 
 
Pourquoi ne pas continuer à miser sur les méthodes de production conventionnelles et éprouvées par les décennies d’expérience des vaccins contre la grippe saisonnière ? 
 


 
 
Car, contrairement à ces vaccins classiques, l’utilisation massive de vaccins nouveaux contenant des substances qui renforcent la réponse immunitaire pose des problèmes : 
 
Notre expérience et nos connaissances des adjuvants amplificateurs de la réponse immunitaire sont très faibles, et chaque firme pharmaceutique mise sur ses propres mélanges, c’est-à-dire ceux dont elle détient les brevets. 
 
Le passage des essais cliniques à l’administration systématique est une phase particulièrement sensible dans l’utilisation des médicaments. S’il a des effets secondaires inattendus, ceux-ci peuvent affecter un nombre très important de personnes avant qu’on puisse faire marche arrière. La vaccination immédiate de dizaines de millions de personnes par un vaccin peu testé est inquiétante : c’est une expérimentation grandeur nature. 
 
La stimulation du système immunitaire par trois doses de vaccins antigrippal en quelques semaines est une nouveauté : la grippe saisonnière en septembre, puis deux doses de vaccin anti-pandémique adjuvanté. 
 


 
 
Il ne faudrait pas reproduire les erreurs de la campagne de vaccination massive de 1995 contre l’hépatite B : après que d’importants effets secondaires aient été signalés, la vaccination systématique des adolescents dans les collèges et les lycées est suspendue. Elle ne reprendra jamais. Selon rapport de la Direction générale de la santé (Dgs) du 15 février 2002 cette campagne de vaccination contre l’hépatite B aurait produit " la plus grande série d’effets indésirables recueillis en pharmacovigilance depuis sa naissance en 1974" : 1.012 cas d’affections démyélisantes centrales, dont 802 scléroses en plaques, et 101 affections périphériques, 81 cas de lupus, 79 polyarthrites rhumatoïdes et 36 thyroïdites. 
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:52 (2017)    Sujet du message: les prioritaires au vaccin H1N1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    De l'aube à l'aurore Index du Forum -> VOS MESSAGES -> QUESTIONS D ACTUALITE Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com